28.12.2011, 00:01

La drogue derrière les coups de feu

Abonnés
chargement
La drogue derrière les coups de feu

 28.12.2011, 00:01 La drogue derrière les coups de feu

Par GILLES BERREAU

CRIMINALITE Les "touristes" français blessés par balle cet été à Monthey seraient en réalité des grossistes de la pègre.

Les coups de feu tirés cet été à Monthey contre de prétendus touristes français auraient pour origine une vente de drogue entre grossistes hexagonaux et petits dealers valaisans. A l'époque des faits, les blessés avaient prétendu passer par hasard dans la cité chablaisienne. Aujourd'hui, la justice valaisanne confirme qu'elle entend interroger à nouveau ces touristes d'un genre...

Les coups de feu tirés cet été à Monthey contre de prétendus touristes français auraient pour origine une vente de drogue entre grossistes hexagonaux et petits dealers valaisans. A l'époque des faits, les blessés avaient prétendu passer par hasard dans la cité chablaisienne. Aujourd'hui, la justice valaisanne confirme qu'elle entend interroger à nouveau ces touristes d'un genre particulier.

En effet, le Ministère public et la police enquêtent avec la plus grande attention sur cette affaire qui remonte à une soirée d'août durant laquelle trois Français de passage avaient été blessés et dévalisés dans le quartier de la gare CFF à Monthey.

Les victimes, âgées de 19, 21 et 29 ans, prétendirent être des touristes de passage. Ils disaient être tombés sur un groupe d'individus encagoulés dans le quartier de la gare CFF. Un quartier plus connu pour son commerce de drogue qu'en tant que haut-lieu du tourisme valaisan. Surtout un dimanche soir à minuit...

Balle dans la hanche

L'une des victimes a été atteinte à la hanche par une balle de 6 millimètres, tirée avec une arme de poing. Une autre personne a été blessée au visage par un projectile provenant d'un pistolet à plombs. La troisième souffre de contusions. Selon les Français, avant de prendre la fuite, les malfaiteurs ont volé seulement deux téléphones portables et 200 euros. Vraiment?

En réalité, la justice enquête sur un tout autre scénario: une vente de drogue qui aurait mal tourné. Ainsi, les Français ne seraient pas venus en simples vacanciers, mais pour livrer de la came. Seulement voilà: les choses ne se seraient pas déroulées comme prévu. Ces trois personnes provenant de la région d'Aix-les Bains auraient été délestées de leur marchandise, sans avoir été payées.

Bande soupçonnée

Un guet-apens que les Français n'auraient pas encore digéré. Selon une information non confirmée officiellement, ils auraient annoncé une expédition punitive sur le Chablais valaisan. Reste à savoir qui risque de faire les frais de ce retour de bâton hexagonal.

Du côté des enquêteurs, on s'intéresse notamment à certains membres d'une bande de jeunes à Monthey. Celle-ci s'est déjà illustrée dans tout le Bas-Valais par de nombreux actes de violence et autres méfaits.

Ce groupe, composé d'une dizaine de jeunes d'origine suisse et étrangère, serait notamment impliqué dans plusieurs agressions. En septembre, devant le Délirium à Collombey, en octobre devant un bar d'Aigle et en novembre devant le Sphinx à Martigny. ("Le Nouvelliste" du 23 décembre).

Enquête en cours

Le procureur chargé du dossier, Patrick Burkhalter, ne communique pas pour l'instant sur cette affaire, mais confirme que l'enquête va de l'avant. On sait que la police a déployé les grands moyens il y a quelques semaines pour interpeller le chef de la bande, âgé de 21 ans, et l'autre principal auteur de l'agression contre deux hommes le 1er novembre devant le Sphinx à Martigny.

C'est le groupe d'intervention de la police cantonale qui a défoncé la porte de l'appartement où loge le chef de la bande. Un traitement réservé aux individus dangereux. Des moyens qui pourraient sembler disproportionnés pour deux personnes suspectées "seulement" de coups et blessures sans arme lors de l'agression du Sphinx.

Pourtant, officiellement le procureur Burkhalter indique que l'arrestation des deux individus faisait suite à l'agression de Martigny. Au sujet des coups de feu à Monthey, le même Ministère public confirme qu'il veut interroger à nouveau les victimes françaises.

Ces dernières font-elles partie d'un réseau de trafiquants?

La bande qui sévit habituellement dans le Bas-Valais a-t-elle voulu jouer aux petits caïds ce soir-là? Ces jeunes sont-ils montés encore d'un cran dans leur violence en passant du poing et du couteau au pistolet?

L'enquête tente actuellement d'apporter des réponses.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top