28.12.2019, 20:00

La belle histoire de 2019: ce jour où, greffé des poumons, ce Valaisan a gravi l'Aconcagua

chargement
Michel Stückelberger a mis seize jours pour atteindre le sommet d’Argentine. A son arrivée, l’émotion a été extrêmement intense.

Rétro 2019 C'était en février 2019. Michel Stückelberger, un Bagnard atteint de mucoviscidose et greffé des deux poumons, est parvenu au sommet de l'Aconcagua, en Argentine. A 6962 mètres d'altitude. Retour sur un exploit.

«C’était comme si, tout à coup, tout s’arrêtait. Plus un mot ne sortait de ma bouche. C’était un moment d’immense émotion.» Ses mots fleuraient l’intensité des instants magiques. En février 2019, Michel Stückelberger nous racontait l’incroyable rêve qu’il venait de réaliser. Né avec la mucoviscidose et greffé des poumons depuis 2010, ce Bagnard venait de gravir l’Aconcagua, majestueux sommet argentin grattant le ciel à 6962 mètres de haut. 

La gratitude d’être en vie

En seize jours d’ascension, le trentenaire avait battu le record d’altitude atteinte par une personne transplantée. Et ce, malgré des conditions météo rudes. «Pouvoir y arriver permet aussi de témoigner de mon immense gratitude d’être en vie grâce à mon donneur», avait-il confié. Avant l’Aconcagua, Michel Stückelberger avait gravi le Mont-Blanc et le Kilimandjaro. Trois sommets pour une ode à la vie. Très touchant. 

A lire aussi: Après avoir gravi l’Aconcagua, un Valaisan greffé des poumons témoigne


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

EXPLOITGreffé des poumons, un Valaisan gravit l’Aconcagua à 6960 mètresGreffé des poumons, un Valaisan gravit l’Aconcagua à 6960 mètres

TRANSPLANTATIONGreffé des poumons, un Valaisan gravit le KilimandjaroGreffé des poumons, un Valaisan gravit le Kilimandjaro

Top