26.06.2019, 05:30
Lecture: 4min

La baie de mai prête à se faire une belle place au soleil du Valais

Premium
chargement
Initiatrice de l'implantation de camérisiers en Valais, Nadine Lacroix Oggier présente les dernières baies de mai de l'année récoltées sur les surfaces d'Agroscope Conthey en compatgnie de Francis Bourquenez (commercialisation des jurs Iris), Julien Héritier (responsable Médiplant) et André Ançay (responsable groupe petits fruits au centre de recherches Agroscope).

Agriculture Tout frais venu du Canada, le fruit du camérisier tente de s’implanter en terre valaisanne. Ses multiples vertus pourraient en faire un sacré produit de niche.

La petite baie ovale aux jolis reflets bleutés pourrait passer pour une cousine de nos myrtilles. Bien connu au Canada sous le nom de camérise, appelé haskap par les anglophones et déjà très prisé des Japonais, ce chèvrefeuille comestible tente aujourd’hui de se faire une place au soleil du Valais sous l’appellation contrôlée de «baie de mai». Un nom...

À lire aussi...

CinémaCinéma: les sorties de la semaine à ne pas raterCinéma: les sorties de la semaine à ne pas rater

ArchéologieArchéologie: Glis était déjà habité au temps des RomainsArchéologie: Glis était déjà habité au temps des Romains

Addiction«Dans cette période d’incertitude, il faut être vigilant tout le temps»: une Valaisanne raconte sa sortie de l’enfer de l’alcool«Dans cette période d’incertitude, il faut être vigilant tout le temps»: une Valaisanne raconte sa sortie de l’enfer de l’alcool

A l'aideValais: les cas positifs au coronavirus priés d’avertir eux-mêmes leurs contactsValais: les cas positifs au coronavirus priés d’avertir eux-mêmes leurs contacts

Votations fédéralesEntreprises responsables: des personnalités valaisannes s’unissent pour le ouiEntreprises responsables: des personnalités valaisannes s’unissent pour le oui

Top