18.06.2019, 12:00

Le Centre valaisan de pneumologie de Crans-Montana va accueillir les résidents de l’EMS de Lens durant trois ans

chargement
L'avenir du CVP de Crans-Montana est assuré jusqu'en 2023 tout au moins.

Santé Fragilisé par le transfert de ses mandats de réadaptation vers les hôpitaux de Sierre et de Martigny, le Centre valaisan de pneumologie de Crans-Montana voit son avenir assuré jusqu’en 2023 en tout cas. Grâce à l’EMS de Lens.

L’avenir du Centre valaisan de pneumologie (CVP) de Crans-Montana s’est dégagé. Le Département de la santé du canton du Valais a annoncé ce mardi que l’établissement installé sur le Haut-Plateau depuis 1941 allait héberger provisoirement les résidents de l’EMS de Lens. Cela à partir de la fin 2020 et le temps que cet établissement mène à bien son opération de transformation et d’extension. «Un lifting à 28 millions de francs», a confirmé David Bagnoud, président de Lens, l’une des trois communes fondatrices de cet établissement avec Crans-Montana et Icogne.

A lire aussi: La réadaptation pulmonaire prête à quitter Montana pour intégrer l’hôpital de Martigny

C’est dans l’urgence que la cheffe du Département de la santé Esther Waeber-Kalbermatten a pu confirmer que le CVP de Crans-Montana ne fermera pas ses portes. Cela malgré la décision du canton sur demande de l’Hôpital du Valais (HVS) de lui retirer ses lits de réadaptation transférés vers Sierre et ses mandats historiques liés à la réadaptation pulmonaire désormais attribués à l’hôpital de Martigny.

Baisse de fréquentation constante depuis 2012

«L’activité hospitalière du CVP est en baisse constante depuis 2012», a justifié la conseillère d’Etat socialiste. «Les exigences dans le domaine ne permettent plus d’y assurer une prise en charge optimale.» Un état des lieux rédhibitoire confirmé par le président du conseil d’administration de l’Hôpital du Valais Dominique Arlettaz qui a évoqué un taux d’occupation oscillant entre 55 et 75%. Pas étonnant dans ces conditions que l’HVS a demandé en décembre 2018 de quitter le CVP. Sans que ce changement n’ait de répercussions néfastes sur l’emploi. L’Hôpital du Valais a ainsi confirmé ce mardi qu’il ne prévoyait aucun licenciement parmi les 106 équivalents plein temps actuellement recensés sur le Haut-Plateau. «Des postes équivalents seront proposés aux employés sur les sites du CHV romand.»

A lire aussi: Crans-Montana fait recours contre le transfert du mandat de réadaptation pulmonaire vers Martigny

Recours retiré

Cette solution présentée comme transitoire soulage les autorités politiques du Haut-Plateau. «Nous avions besoin de rassurer non seulement nos concitoyens mais aussi les dirigeants des autres cliniques présentes sur le Haut-Plateau (Genève, Lucerne et Berne) qui auraient peut-être hésité à continuer à s’engager si le canton qui les accueille se retirait.» La commune de Crans-Montana n’avait d’ailleurs pas hésité à déposer recours contre la décision du Conseil d’Etat. Recours que le président Nicolas Féraud et son Conseil communal ont décidé aujourd’hui de retirer. Plus rien ne devrait ainsi s’opposer à un changement de cap qui doit encore être approuvé par le Grand Conseil en décembre.

Fort de ce probable feu vert, l’EMS de Lens va ainsi pouvoir déménager provisoirement sur le site de Crans-Montana à la fin 2020. «Un règlement de partenariat entre le canton et les communes réglera les modalités d’utilisation de ce bâtiment pour une durée minimale de trois ans.» Et après? Un groupe de travail va être mis en place pour imaginer la réaffectation du CVP à l’horizon 2023.

En savoir plus: Du Sanaval au Centre valaisan de pneumologie


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top