28.09.2018, 10:00

L’«Aquarius», bateau ivre d’Europe. La chronique de Viviane Cretton

Premium
chargement
Viviane Cretton, anthropologue.
Chronique

«Ô que ma quille éclate! Ô que j’aille à la mer!» A la fin de l’été 1871, Arthur Rimbaud écrivait «Le bateau ivre», ce poème devenu célèbre qui raconte à la première personne un bateau sans maître, chahuté par les flots, qui finit par couler: «Je ne puis plus, baigné de vos langueurs (…) Ni traverser l’orgueil des drapeaux et des flammes, ni nager sous les yeux horribles des pontons.»

A la fin de l’été 2018, ces vers résonnent tragiquement avec le sort du navire...

À lire aussi...

PANDEMIECoronavirus – «Dans cette crise, tout le monde aimerait avoir des certitudes, mais personne n’en a»Coronavirus – «Dans cette crise, tout le monde aimerait avoir des certitudes, mais personne n’en a»

HygièneDe la Lonza aux établissements de santé publics, le parcours du désinfectantDe la Lonza aux établissements de santé publics, le parcours du désinfectant

On parle?Coronavirus: Vous avez des problèmes de dialogue dans le couple?Coronavirus: Vous avez des problèmes de dialogue dans le couple?

Site touristiqueCoronavirus: des amendes quasi quotidiennes sur le site des sources d’eau chaude de CombioulaCoronavirus: des amendes quasi quotidiennes sur le site des sources d’eau chaude de Combioula

PandémieCoronavirus: «Renoncez aux déplacements dans les régions touristiques»: l’appel d’Alain Berset depuis SionCoronavirus: «Renoncez aux déplacements dans les régions touristiques»: l’appel d’Alain Berset depuis Sion

Top