05.12.2019, 18:01

Généreux, Recrosio n’épargne personne

Premium
chargement
Recrosio tire à vue, sans viseur, et ça fait mal.

Humour Dans sa quatrième revue, Frédéric Recrosio mitraille à tout va sans se soucier du politiquement correct. Innocent, coupable, gagnant ou perdant, les balles pleuvent sur tous, sans distinction, devant un public venu précisément pour ça.

«Il y a trop de monde à la revue, je dois déplaire.» Avouée en début de spectacle, cette vaine ambition tombe rapidement dans l’oubli. Fred Recrosio peut bien citer les camps de concentration et Eddy Baillifard dans un même élan, invoquer Staline pour décrire Barbara Lanthemann, aucune outrance ne peut repousser son audience. Car après trois éditions réussies, l’artiste...

À lire aussi...

SpectacleFrédéric Recrosio passe l'actualité valaisanne au composteurFrédéric Recrosio passe l'actualité valaisanne au composteur

Top