17.12.2019, 17:00
Lecture: 4min

Emigration valaisanne: quand la pauvreté n’explique pas tout

Premium
chargement
Frank Garbely, biographe de César Ritz, et Agustin Addy, descendant d'un migrant valaisan, ont évoqué des facettes peu connues de l'émigration valaisanne, samedi à la Médiathèque de Sion.

Histoire Le mercredi 18 décembre est proclamée Journée internationale des migrants par l’ONU. L’occasion de rappeler que le Valais a été concerné par cette thématique. Des centaines de Valaisans ont fui le pays au XIXe siècle, mais pas seulement en raison de la précarité. On évoque deux histoires méconnues de l’émigration valaisanne.

«Quand mon ancêtre Zozime Addy a quitté Orsières en 1862, il y avait bien sûr les difficultés économiques et les catastrophes naturelles. Mais il y avait surtout un conflit familial sur fond idéologique.» Agustin Addy connaît par cœur l’histoire de ses aïeuls. Le quadragénaire était présent samedi dernier aux Arsenaux à Sion pour la journée dédiée à l’émigration valaisanne, organisée...

À lire aussi...

Ici / là-basCes Valaisans qui ont été migrantsCes Valaisans qui ont été migrants

histoireIl y a deux cents ans, 150 Valaisans quittaient tout pour le BrésilIl y a deux cents ans, 150 Valaisans quittaient tout pour le Brésil

Top