07.11.2012, 09:10

Christine Savioz récompensée du Prix Suva des Médias

chargement
Les lauréats (de g. à dr.): Pierre-André Sieber ("La Liberté"), Françoise Ducret Rochat (RTS), Christine Savioz ("Le Nouvelliste") et Renata Libal, présidente du jury. 
JEAN-LUC CRAMATTE
Par JEAN-COSME ZIMMERMANN

DISTINCTIONS Le Prix SUVA des médias a couronné trois reportages consacrés à la prévention, dont un paru dans "Le Nouvelliste".

La prévention a un coût. Elle a aussi un prix, le Prix Suva des médias décerné chaque année depuis dix-neuf ans par la Caisse nationale qui assure près de 2 millions d'actifs contre les conséquences des accidents et des maladies professionnelles. Cette année, trois récompenses ont été attribuées. Un premier prix à l'émission 36,9 0 de la RTS "Fécondation in vitro, des menaces dans l'éprouvette" et deux accessits à Pierre-André Sieber pour une enquête sur les implants mammaires PIP parue dans "La Liberté" et à Christine Savioz pour son papier "Tout reconstruire après le suicide de son enfant" parue dans "Le Nouvelliste".

Lors de la remise des distinctions, hier dans les salons du CHUV à Lausanne, Christine Savioz a reçu avec émotion les félicitations du jury pour son approche sensible d'un sujet aussi grave que le suicide. "La mère de Sonia, la jeune personne disparue, m'a fait le plus beau des compliments en affirmant: "en la lisant, je m'entendais parler, tout était juste dans ce qu'elle avait écrit."

Récit d'une tragédie

Dans sa présentation, Eliane Baillif, membre du jury, s'est plu à relever la qualité de la double page signée Christine Savioz: "Tout y est à sa place, les articles fournissant les adresses et les références nécessaires aux personnes touchées. Et l'ensemble s'appuie sur le récit de la tragédie vécue par une famille." Fait remarquable, le témoignage de la maman de la jeune fille qui s'est donné la mort n'est pas anonyme, donnant au sujet un impact préventif inédit. "Si la mère de Sonia a accepté de parler publiquement du suicide de sa fille aînée, c'est pour briser un tabou et surtout pour aider d'autres parents touchés. Mais aussi pour tenter de dissuader les personnes de passer à cet acte final" , relève Christine Savioz.

En mettant l'humain au centre de ses préoccupations journalistiques, Christine Savioz a su montrer qu'un quotidien généraliste comme "Le Nouvelliste" pouvait dépasser la simple relation d'informations et jouer un rôle important dans la prévention. Un aspect qui n'a pas laissé les membres du jury insensibles.

L'enquête de 36,9 0 , menée par Françoise Ducret Rochat, a reçu le premier prix dans la catégorie audiovisuel. Consacrée aux problèmes cardiovasculaires qu'encourent les enfants nés par fécondation in vitro, elle a suivi pendant quatre ans les expériences menées par le Pr. Urs Scherrer avec une soixantaine d'enfants. Quant aux papiers de Pierre-André Sieber, couronnés par un accessit, ils traitent des difficultés rencontrées par les personnes victimes des implants mammaires PIP.

Retrouvez l'article primé sur le prix ci-dessous.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

ViticultureL’optimisme de l’IVV contraste avec les craintes des derniers moisL’optimisme de l’IVV contraste avec les craintes des derniers mois

LoisirsValais: un bain de nature à l’écoute du brame du cerfValais: un bain de nature à l’écoute du brame du cerf

SortiesValais: l’automne dans tous ses étatsValais: l’automne dans tous ses états

Trafic routierPont sur le Rhône à Riddes: une remise aux normes spectaculairePont sur le Rhône à Riddes: une remise aux normes spectaculaire

Foire du ValaisLa Foire du Valais doit encore réduire la voilure d’une édition 2020 déjà limitéeLa Foire du Valais doit encore réduire la voilure d’une édition 2020 déjà limitée

Top