16.05.2018, 18:57

BCVs: un départ sans remous pour Jean-Daniel Papilloud

chargement
Jean-Daniel Papilloud (à droite) a cédé la présidence de la BCVs à Pierre-Alain Grichting.

 16.05.2018, 18:57 BCVs: un départ sans remous pour Jean-Daniel Papilloud

Banque cantonale du Valais Si aucun actionnaire n'a évoqué les raisons du départ du président de la Banque cantonale du Valais trois ans avant la fin de son mandat, il en a, un peu, parlé avec la presse.

Le changement de président à la tête de la BCVS n’a provoqué aucune vague mercredi soir au Cerm de Martigny. L’élection de Pierre-Alain Grichting n’a été contestée que par la levée d’un seul bulletin de vote parmi les 662 actionnaires présents. Le président sortant, Jean-Daniel Papilloud a pu présider sa dernière assemblée générale de la banque, la vingt-sixième qu’il a vécue sur l’estrade, sans anicroche.

Les raisons du départ de Jean-Daniel Papilloud

Si le départ du président sortant, Jean-Daniel Papilloud coïncide à l’éclatement de l’affaire Alkopharma, celle-ci n’a pas été évoquée durant l’assemblée générale. Aucune explication n’a été donnée sur le départ du président trois ans avant la fin officielle de son mandat. Aucun actionnaire n’a demandé d’explication. L’ancien président du Grand Conseil, l'UDCEdmond Perruchoud a même pris la parole dans les divers pour rendre hommage au président sortant ainsi qu’à l’ancien conseiller d’Etat Maurice Tornay, qui a contribué à la réussite aux changements intervenus dans l’actionnariat de la banque.

Interrogé lors du point presse qui a suivi l’assemblée, Jean-Daniel Papilloud a déclaré qu’il fallait placer son départ dans la «perspective de la réussite du 100e anniversaire de la BCVs et des excellents résultats enregistrés par la banque»; il a aussi évoqué des nécessités liées au renouvellement de mandats au sein du conseil d’administration.  «J’ai pris ma décision en toute sérénité.»

Il a toutefois avoué que «la pression médiatique a fait partie de la réflexion» qui l’a amené à quitter son poste.

Hausse du cours de l’action et du dividende

Pour son dernier discours, Jean-Daniel Papilloud a pu se réjouir une nouvelle fois la bonne marche de la banque, qui est passée avec un total de bilan dépassant les 15 milliards de francs, dans la catégorie des grandes banques.

Deux chiffres illustrent les performances de la BCVs. Grâce à un bénéfice de 64,1 millions, le dividende versé se monte à 3,15 francs par action, ce qui représente une augmentation de 5% par rapport à l’exercice précédent. L’action elle-même a enregistré une hausse conséquence en 2017, progressant de 30,4%, passant de 76,45 à 96,20 francs entre le 1er janvier et le 31 décembre, une progression qui a continué durant l’année en cours.

Une nouvelle administratrice

Si Pierre-Alain Grichting remplace Jean-Daniel Papilloud à la présidence, c’est Sandra Lathion qui occupe le siège laissé vacant au conseil d’administration. Elle prendra officiellement ses fonctions à la fin août, après avoir quitté le poste qu’elle occupe actuellement auprès de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers, la Finma.
 


À lire aussi...

NominationPierre-Alain Grichting à la tête de la BCVs: «Je ne suis pas un président par intérim»Pierre-Alain Grichting à la tête de la BCVs: «Je ne suis pas un président par intérim»

Top