04.08.2015, 06:33

Affaire Luca: les arguments du procureur

chargement
Affaire Luca: les arguments du procureur
Par GILLES BERREAU

Justice Que dit l'ordonnance de 2004 qui a permis de classer l'affaire?

Alors que l'affaire Luca Mongelli déchaîne les passions jusqu'en Italie, obligeant le Ministère public valaisan à s'expliquer sur sa conduite des affaires lors d'une conférence de presse programmée ce jeudi, quels sont les arguments sur lesquels le procureur s'est basé pour classer l'affaire en 2004? Un document, l'ordonnance de classement, signé par ce magistrat, résume les différents interrogatoires et expertises réalisés, ainsi que l'enquête de police.

Daté du 26 février 2004, ce texte retrace l'imposant travail d'enquête et d'interrogatoires réalisé pour aboutir à la conclusion que "les actes du dossier permettent d'affirmer (...) que le chien "Rocky" est à l'origine des lésions constatées sur Luca Mongelli le 7 février." Ce jour-là, Luca, né en novembre 1994, avait été retrouvé dévêtu, blessé et inanimé sur un pré enneigé, en compagnie de son petit frère Marco et de leur chien "Rocky".

 

Témoignage clé

 

L'ordonnance de classement relève que Marco est le seul témoin des faits et qu'il a immédiatement déclaré que le chien s'en était pris à Luca, le mordant "partout partout", le faisant tomber et lui ôtant ses vêtements. Des propos jugés " fortement crédibles" par trois praticiens.

Autre élément cité à charge du chien: une lésion sur une fesse de Luca "est compatible avec une morsure de force moyenne infligée par le chien "Rocky".(...) La conviction des experts est renforcée par la découverte du matériel génétique (ADN) de "Rocky"- et de lui seul - sur les multiples accrocs et déchirures des vêtements portés par Luca au moment des faits."

Selon le procureur Dubuis, si l'intervention d'une tierce personne responsable du déshabillage précipité de Luca ne peut être exclue, les experts relèvent qu'aucune investigation n'a permis de révéler - au plan médico-légal - le moindre indice en faveur de l'intervention d'un tiers.

 

Assauts du chien

 

Le procureur a retenu que "débordé par les assauts de son chien, Luca a été obligé de se défaire progressivement de ses vêtements (...) afin de faire lâcher prise à l'animal."

Le même magistrat met hors de cause les adolescents désignés comme possibles agresseurs par l'enquête du détective mandaté par la famille Mongelli.

Pour ce faire, il s'appuie sur le courrier des établissements scolaires de ces jeunes pour affirmer que ces adolescents étaient à l'école à Lausanne le 7 février jusqu'à 16 h 30 et qu'ils ne se sont pas ensuite déplacés à Veysonnaz.

Le procureur ajoute qu'aucune personne ne pouvant être inculpée au terme de l'instruction, la cause doit être suspendue par un classement.

 

POURQUOI LE DOUTE SUBSISTE

 

Face à ce document, pourquoi la famille et entourage doutent encore de la responsabilité unique du chien? Parce que si l'on se penche attentivement sur les rapports d'enquête et d'expertises, certaines questions restent ouvertes.

Pourquoi le frère de Luca a-t-il d'abord accusé le chien, puis des humains? Pour de sordides questions d'assurance? Difficile à croire. Une pédopsychiatre mandatée par la justice et qui a réalisé la seconde audition du cadet, a conclu que Marco présente "un état de stress traumatique" , que " son récit et ses jeux évoquent des actes violents et à tonalité sexuelle" et que son "évaluation ne permet en aucun cas d'exclure la présence d'un tiers."

Marco, qui avait à peine 4 ans à l'époque, dira par la suite qu'il craignait des représailles des agresseurs. En 2004, à Genève, ne se sentant plus menacé, il les a désignés. En 2005, de retour en Italie, il ira jusqu'à les dessiner spontanément à l'école. Et surtout, aujourd'hui encore, lui et Luca mettent hors de cause le chien.

L'avis des vétérinaires

Quant à la lésion sur la fesse de Luca, est-elle vraiment le fait du chien? Tous les experts ne sont pas d'accord. Notamment canins. Sans exclure une attaque de chien, une vétérinaire comportementaliste mandatée par la justice déclare dans son expertise que les lésions et les hématomes constatés sont peu compatibles avec une telle agression, mais plutôt le fait d'un animal excité, par exemple par "des cris d'enfants ou un conflit entre les enfants et une tierce personne."

Elle évoque aussi l'hypothèse d'une interaction du chien sur l'enfant inanimé" et estime que l'aspect général du corps de Luca, griffé sur deux faces, ne fait pas penser à une agression canine.

Une autre vétérinaire, sollicitée par la justice, ne peut pas affirmer ni exclure que le chien est l'agresseur. Elle estime que " la localisation et la répartition des marques ne correspondent pas à une agression canine typique. "

Selon la famille, le frère de Luca aurait expliqué que des "méchants" ont recouvert Luca de neige et que le chien "Rocky" aurait enlevé la neige sur son grand frère.

Autre détail relevé par le détective mandaté par la famille: les documents attestant de la présence des adolescents à l'école à Lausanne se basent sur des horaires de cours, l'attestation de la direction, mais les feuilles de présence ne figurent pas au dossier. Qui dit vrai?

Demain, la conférence de presse du Ministère public devrait permettre d'éclairer, espérons-le, ces zones d'ombre.

Puis, Luca Mongeli prendra la parole après la conférence de presse que donnera le Ministère public au sujet de l’affaire qui le concerne.

"Luca s’exprimera lui-même devant les journalistes. Il en a marre que ce soit toujours les autres qui parlent à sa place… ", indique Fred Reichenbach, président de la Fondation Luca.

 

 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

AgricultureLe Valais sort grand gagnant de la refonte de la recherche agronomique suisse après avoir failli tout perdreLe Valais sort grand gagnant de la refonte de la recherche agronomique suisse après avoir failli tout perdre

Série 5/5Des choses pareilles, le podcast de France Massy: le cancre devenu champion suisseDes choses pareilles, le podcast de France Massy: le cancre devenu champion suisse

Au pied du CervinAvec une Coupe du monde de ski alpin, Zermatt veut devenir la fierté de la SuisseAvec une Coupe du monde de ski alpin, Zermatt veut devenir la fierté de la Suisse

Si on sortaitLes bons plans de la rédaction culturelle du "Nouvelliste"Les bons plans de la rédaction culturelle du "Nouvelliste"

ScolaritéLe diagnostic à l'école, bonne ou mauvaise idée?Le diagnostic à l'école, bonne ou mauvaise idée?

Top