30.08.2019, 17:02

Affaire Joël Rossier: la Commission de gestion du Grand Conseil investiguera sur les potentiels dysfonctionnements

chargement
Libéré de son obligation de travailler le 21 août, Joël Rossier touchera son salaire jusqu’au 31 octobre.

Environnement Vendredi, la Commission de gestion du Grand Conseil a annoncé se saisir de l’affaire Joël Rossier, pour «investiguer sur les dysfonctionnements potentiels dans la gestion des instances cantonales chargées de l’environnement».

La Commission de gestion (Cogest) communique, pour la première fois, sur l’affaire Joël Rossier. L’instance de haute surveillance du Grand Conseil valaisan annonce avoir décidé ce vendredi «d’investiguer spécifiquement sur les dysfonctionnements potentiels dans la gestion des instances cantonales chargées de l’environnement».

Cette décision fait suite à l’audition de Joël Rossier, l’ex-chef du Service de l’environnement, qui a démissionné en juin et que le Conseil d’Etat a libéré de son obligation de travailler il y a dix jours.

A lire aussi: Pourquoi l’Etat du Valais se sépare abruptement de Joël Rossier, chef du Service de l’environnement

La Cogest précise, sans entrer dans les détails, qu’au vu de sa connaissance actuelle du dossier, «les informations ont trait principalement à l’organisation et la gestion du département et de ses services, pour permettre la bonne application du droit environnemental».

Travaux parallèles sur le mercure

Par ailleurs, l’autorité composée de treize députés rappelle qu’elle examine depuis 2018 l’historique de la connaissance de la pollution au mercure, soit «les mesures prises ou non par le canton, en particulier dans la région de Viège». Son rapport devrait être finalisé d’ici à la fin de l’année.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

EnvironnementAffaire Joël Rossier, chronique d’un emballementAffaire Joël Rossier, chronique d’un emballement

Top