27.08.2019, 05:30

Affaire Joël Rossier, chronique d’un emballement

Premium
chargement
Relevant du droit du travail, le conflit oppose Joël Rossier (à droite) au président du Conseil d’Etat, Roberto Schmidt, et non au ministre de l’environnement, Jacques Melly.

Environnement Mercredi dernier, le Conseil d’Etat valaisan a libéré le chef du Service de l’environnement de son obligation de travailler. Depuis, les lettres et les communiqués de presse ont fusé de toute part. Récit.

La communication initialement feutrée du Conseil d’Etat n’aura pas empêché la polémique. Cinq jours après la libération de Joël Rossier de son obligation de travailler, le gouvernement et l’ex-chef du Service de l’environnement (SEN) se contredisent médiatiquement. Pendant que des partis politiques et des journalistes demandent que soient rendues publiques les critiques adressées par l’ancien haut fonctionnaire aux...

À lire aussi...

DépartLe chef du service de l’environnement (SEN) démissionneLe chef du service de l’environnement (SEN) démissionne

Top