23.05.2019, 09:55

Utilisation d’internet: la plupart des jeunes Suisses ont déjà rencontré une situation à risque

chargement
Plus l'enfant est âgé, plus il risque de se retrouver dans une situation à risque sur le web, selon l'étude EU Kids Online Suisse publiée jeudi. (Illustration)

Internet Plus de 90% des jeunes de 15-16 ans ont déjà rencontré une situation à risque sur le web, selon l’étude EU Kids Online Suisse, qui a interrogé 1026 élèves romands et alémaniques. Tomber sur des contenus violents et haineux arrivent en tête des risques les plus fréquents.

Contenus violents ou à caractère sexuel, discrimination, atteinte à la sphère privée: internet n’est pas sans danger et les jeunes y sont aussi exposés. Selon une étude, plus de 90% des 15-16 ans ont déjà été confrontés au moins une fois à une situation à risque.

Ce taux croît avec l’âge. Si un élève de 9-10 ans sur quatre indique s’être retrouvé dans une telle situation, cette proportion passe à un sur deux dans la catégorie des 11-12 ans et à près de neuf sur dix (88%) chez les 13-14 ans, selon l’étude EU Kids Online Suisse, publiée jeudi.

Toutes catégories d’âge confondues, le risque le plus fréquent est de tomber sur des contenus problématiques générés par d’autres utilisateurs. Ils peuvent par exemple être violents, haineux ou montrer la consommation de drogues ou d’autres comportements à risque. Viennent ensuite les représentations à caractère sexuel et les contacts avec les personnes inconnues.

Contenus à caractère sexuel

Un peu plus d’un tiers (35%) des jeunes indiquent avoir déjà vu des représentations à caractère sexuel. Dans le détail, ce phénomène ne touche que très peu les plus jeunes (4% des 9-10ans) mais fortement les 15-16 ans (63%).

En outre, on a demandé à près d’une fille sur quatre (24%) et un garçon sur cinq (18%) de fournir des informations à caractère sexuel alors qu’ils ne le souhaitaient pas. Ce pourcentage augmente clairement avec l’âge: il passe de 2% chez les 11-12 ans à 41% chez les 15-16 ans.

Contacts avec des inconnus

Un tiers de jeunes (34%) a déjà eu des contacts avec des personnes inconnues sur internet et 15% ont déjà rencontré une personne dont ils ont fait la connaissance en ligne. Ces phénomènes touchent très peu les plus jeunes et surtout les 15-16 ans. Pour la plupart, ces rencontres ont constitué des expériences positives ou neutres, écrivent les auteurs.

Quant au cyberharcèlement, il concerne 1% à 5% des élèves interrogés. Contrairement à d’autres risques dont la prévalence augmente fortement avec l’âge, son taux est plus ou moins semblable pour toutes les catégories d’âges. Si la plupart des victimes en parlent à un ami, 16% ne disent rien à personne.

1026 élèves interrogés

Le smartphone est devenu le principal appareil d’accès à internet et cela n’est pas sans poser problème. Les 9-10 ans sont déjà 49% à en utiliser un au moins une fois par semaine pour aller en ligne. Les auteurs de l’étude notent que, pour neuf des quatorze risques examinés, l’utilisation du smartphone a une influence significative sur la survenue du risque.

Pour cette étude, 1026 élèves âgés de 9 à 16 ans, issus de 67 classes romandes et alémaniques, ont été interrogés sur leur utilisation d’Internet.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

EntreprisesInternet: 9 PME suisses sur 10 négligent leur visibilité en ligneInternet: 9 PME suisses sur 10 négligent leur visibilité en ligne

EcolesLa prévention de la pornographie sur internet peine à entrer dans les classes valaisannesLa prévention de la pornographie sur internet peine à entrer dans les classes valaisannes

EtudeInternet: le nombre d’utilisateurs morts pourrait dépasser celui des vivants sur FacebookInternet: le nombre d’utilisateurs morts pourrait dépasser celui des vivants sur Facebook

EtudeInternet: 85% des extensions de Google Chrome peuvent collecter des données personnellesInternet: 85% des extensions de Google Chrome peuvent collecter des données personnelles

Top