28.01.2020, 12:27

Un tiers des restaurants romands hors-la-loi

chargement
"De nombreux consommateurs mangent ainsi à leur insu des plats contenant potentiellement des traces de stimulateurs de croissance et source de souffrance animale", dénonce la FRC.

Restauration Provenance des viandes imprécise ou inexistante, 36% des restaurants romands ne respectent pas l’obligation d’indiquer l’origine précise de leurs produits.

Les restaurants romands ne respectent pas tous la loi. Un tiers d’entre eux ne mentionnent pas l’origine de leur viande ou donnent des provenances multiples, d’après une enquête de la FRC.

Dans près de neuf cas sur dix, les restaurateurs indiquent par écrit la provenance des viandes, que ce soit sur le menu ou sur une pancarte affichée au mur, communique mardi la Fédération romande des consommateurs (FRC). La provenance est cependant souvent imprécise, certaines viandes ayant même plusieurs origines. Dans les 12,5% d’établissements restants, l’origine est introuvable ou incomplète.

A lire aussi : Des tests ADN pour garantir la traçabilité de la viande suisse

Au total, 36% des viandes analysées n’ont pas d’origine ou des provenances multiples. Pour le boeuf, c’est 32% des visites effectuées. Un chiffre qui grimpe à 45% pour la volaille. «Plus du tiers des échantillons est donc hors-la-loi!», s’insurge la FRC. Et de rappeler que l’indication correcte et précise exclut l’utilisation d’une liste de provenances possibles.

«Véritable scandale»

Une telle pratique est problématique, car elle cache l’origine véritable des produits carnés, poursuit la FRC. Or, de nombreux pays pratiquant des modes de production interdits par la Confédération exportent leurs viandes en Suisse. Parmi eux se trouvent notamment le Brésil, qui est à l’origine de 40% de la volaille importée en Suisse, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Chine et la Thaïlande.

L’utilisation dans ces pays d’antibiotiques ou de stimulateurs de performance hormonaux doit par ailleurs être identifiée de façon explicite. Près de 40% des restaurants visités auraient ainsi dû faire figurer cette déclaration, mais seuls 6,7% l’ont réellement effectué. La lacune concerne principalement le poulet brésilien ou l’agneau de Nouvelle-Zélande.

Pour la FRC, c’est «un véritable scandale». «De nombreux consommateurs mangent ainsi à leur insu des plats contenant potentiellement des traces de stimulateurs de croissance et source de souffrance animale», dénonce-t-elle.

Campagne d’information

Estimant que certains restaurants ne sont pas forcément au courant de cette obligation, la FRC suggère la mise sur pied d’une campagne d’information. Elle appelle aussi les cantons, en charge de la mise en oeuvre de la législation, à faire en sorte que les consommateurs soient mieux informés sur les provenances des viandes.

L’enquête de la FRC a été menée par trente clients mystères dans toute la Suisse romande. Près de 200 établissements ont été visités durant les fêtes de fin d’année.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

marché helvétiqueMotion rejetée: pas de quotas de vins suisses dans les restaurantsMotion rejetée: pas de quotas de vins suisses dans les restaurants

La main dans le sacContrebande: deux restaurateurs ont importé illégalement 3,5 tonnes de viande en un anContrebande: deux restaurateurs ont importé illégalement 3,5 tonnes de viande en un an

ConsommationAlimentation: la Confédération prévoit d’autoriser 50 ingrédients issus d'OGMAlimentation: la Confédération prévoit d’autoriser 50 ingrédients issus d'OGM

Top