01.09.2016, 12:15

Tessin: Lisa Bosia Mirra, députée socialiste, soupçonnée de jouer les passeurs, arrêtée à la frontière

chargement
Lisa Bosia Mirra, présidente de l'association Firdaus, s'est engagée depuis plusieurs semaines auprès des migrants refoulés par la Suisse.

migrations Elle aurait aidé des migrants mineurs à tenter de franchir la frontière suisse. La députée socialiste au Grand conseil tessinois Lisa Bosia Mirra (43 ans) a été arrêtée ce jeudi. Elle s'était engagée depuis plusieurs semaines auprès des réfugiés refoulés par la Suisse vers la ville de Côme. Un complice, un Bernois de 53 ans, a également été appréhendé.

Lisa Bosia Mirra, députée socialiste au Grand conseil tessinois de 43 ans, a été arrêtée jeudi, à la frontière entre la Suisse et l'Italie, à San Pietro di Stabio, peu avant 9 heures. 

Les quatre jeunes hommes se trouvaient dans le fourgon de l'un de ses complices présumés, un Bernois de 53 ans, alors qu'elle était au volant d'un autre véhicule, indique la RSI. Dans le cadre de l'enquête, une unité spéciale de lutte contre les passeurs a été activée. Les prévenus sont soupçonnés d'avoir tenter d'aider quatre migrants africains mineurs à pénétrer en territoire helvétique.

Autorités suisses critiquées

Depuis plusieurs semaines, Lisa Bosia Mirra s'est engagée au travers de son association Firdaus (le paradis, en arabe), à soutenir les migrants refoulés par la Suisse et parqués dans la ville italienne de Côme. 

Mme Bosia Mirra était à Chiasso (TI) mercredi pour une conférence de presse organisée par des ONG sur la situation des migrants bloqués à Côme (I). Elle a critiqué à cette occasion l'attitude des autorités suisses face aux mineurs non accompagnés qui tentent d'entrer par la frontière sud du pays.

ATS

À lire aussi...

Afflux de migrantsItalie: l'OSAR enquête sur le camp de réfugiés de Côme et demande davantage de transparence à la SuisseItalie: l'OSAR enquête sur le camp de réfugiés de Côme et demande davantage de transparence à la Suisse

asileA Côme, Simonetta Sommaruga rappelle que la Suisse ne veut pas devenir un pays de transitA Côme, Simonetta Sommaruga rappelle que la Suisse ne veut pas devenir un pays de transit

Top