Salaires: l’USS veut une hausse de 2% ou 100 francs par mois

chargement

Négociations L’Union syndicale suisse estime que l’engagement «hors du commun» fourni par les travailleurs durant la pandémie doit être pris en compte lors des négociations salariales pour 2022. Des marges de manœuvre existent notamment dans la construction et le commerce de détail.

 07.09.2021, 09:30
Pour Pierre-Yves Maillard, le monde du travail a fourni des "efforts considérables" durant la pandémie.

Après avoir fourni des efforts importants pendant la crise, les travailleurs doivent profiter du retour à une conjoncture favorable, estime l’USS. La faîtière des syndicats demande des augmentations de salaires de 2%, ou 100 francs par mois, au minimum.

A lire aussi: Salaires: l’USS demande des hausses jusqu’à 100 francs par mois

La grande majorité des branches en Suisse est en effet revenue à une situation conjoncturelle favorable, note mardi l’Union syndicale suisse (USS) dans un communiqué. L’activité a repris et les entreprises font à nouveau des bénéfices. Parallèlement, une augmentation du renchérissement se profile. L’inflation sera d’environ 1% pendant les mois de négociation salariale.

Les années précédant la pandémie ont par ailleurs été marquées par un important besoin de rattrapage. La revendication des syndicats se justifie pour moitié par la compensation du renchérissement et pour moitié par la nécessité de refléter l’amélioration de la productivité dans les salaires réels, note l’USS.

Le monde du travail a été au front mais n’a pas encore vu la couleur de la moindre reconnaissance salariale pour ces efforts.
Pierre-Yves Maillard, président de l’Union syndicale suisse

L’engagement «hors du commun» fourni par les travailleurs pendant la pandémie doit également être pris en compte au moment des négociations salariales pour 2022. «Le monde du travail a fourni des efforts considérables, le monde du travail a été au front. Mais il n’a, pour le moment, à quelques exceptions près, pas encore vu la couleur de la moindre reconnaissance salariale pour ces efforts», a résumé le président de l’USS Pierre-Yves Maillard lors d’une conférence de presse.

Avec la croissance prévue pour le deuxième semestre 2021 et pour 2022, des marges de manoeuvre existent dans de nombreux secteurs. La présidente d’Unia, Vania Alleva, pointe notamment les secteurs de la construction, du second-oeuvre ou du commerce de détail.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

La santé au travail doit être mieux protégée, dit l’USSLa santé au travail doit être mieux protégée, dit l’USS

ProtectionCoronavirus: l’USS demande une protection pour les salariés en télétravailCoronavirus: l’USS demande une protection pour les salariés en télétravail

Question d'argentSalaires: l'USS demande des hausses jusqu'à 100 francs par moisSalaires: l'USS demande des hausses jusqu'à 100 francs par mois

Retraite: l’USS exige des rentes plus élevées pour les femmesRetraite: l’USS exige des rentes plus élevées pour les femmes

crise économiqueCoronavirus: appel de l’USS en faveur du service publicCoronavirus: appel de l’USS en faveur du service public

Top