Revue de presse: se refaire la bise, oui, dans deux ans, «bonus apprenti», drones de l’armée givrés,… les titres de ce dimanche

chargement

JOURNAUX La pandémie due au nouveau coronavirus et ses effets occupent à nouveau une bonne place dans la presse dominicale. Voici les principales informations, non confirmées à Keystone-ATS.

 03.05.2020, 09:25
On fait pour vous le tour des principales nouvelles dévoilées par les journaux dominicaux.

 

Aide fédérale pour les matchs à huis clos?

SONNTAGSZEITUNG: La ministre des sports Viola Amherd examine la possibilité de financer les matchs à huis clos. «On pourrait envisager d’aider financièrement les clubs pour compenser la perte de revenus liés aux matchs à huis clos», indique-t-elle dans une interview avec la SonntagsZeitung. Il faut bien analyser si cela aide vraiment les clubs, souligne la conseillère fédérale. Des négociations sont en cours avec les principales associations sportives pour trouver des solutions globales.

La ministre de la défense a également relevé qu’à l’avenir, l’armée devrait davantage participer à la prévention des pandémies et même produire elle-même des masques ou des médicaments. Une autre possibilité serait de conclure des contrats avec l’industrie pharmaceutique pour garantir l’approvisionnement médical, précise-t-elle.

 

PME au bord de l’asphyxie

NZZ AM SONNTAG/SONNTAGSZEITUNG: Le confinement frappe particulièrement les quelque 600’000 indépendants du pays, rapporte la NZZ am Sonntag. Le journal se base sur une enquête représentative menée par l’Université de Lausanne et l’institut de recherches conjoncturelles (KOF) de l’EPFZ selon laquelle environ 30 % des PME ont des liquidités inférieures à 50’000 francs. Nombre de ces entreprises luttent déjà pour leur survie. Un indépendant sur quatre de cette catégorie ne pourrait tenir au maximum qu’un mois supplémentaire de confinement, car la perte de chiffre d’affaires en avril a dépassé la moitié des actifs épargnés. La situation est particulièrement tendue pour les thérapeutes et les restaurants.

La SonntangsZeitung rapporte quant à elle que, malgré l’aide fédérale, une réduction radicale des postes est inévitable chez Swiss. Des plans prévoient de couper 1500 à 1900 emplois sur les 9500 au total. Les départs naturels et les retraites anticipées ne suffiront pas.

 

Un «bonus apprenti» pour aider les entreprises formatrices

LE MATIN DIMANCHE: Pour éviter que des jeunes ne se retrouvent sans perspective, le président du l’USS Pierre-Yves Maillard propose que la Confédération octroie 1000 francs par apprenti embauché. Les PME devraient pouvoir déduire cette somme, par année et par place d’apprentissage offerte, des prêts contractés pour faire face à la crise, ajoute-t-il dans une interview avec le Matin Dimanche. Interrogé sur la restriction de cette aide aux entreprises qui ont contracté un emprunt, M. Maillard répond qu’il s’agit d’un "moyen ciblé d’aider les entreprises en difficulté maintenant à former des apprentis. "C’est peut-être politiquement plus facile de faire accepter de renoncer à des remboursements plutôt que de créer une subvention", ajoute le Vaudois. A terme, il faudra réfléchir comment aider toutes les entreprises formatrices, reconnaît-il.

Dans une tribune publiée dans Le Temps en avril, des responsables cantonaux de la formation avaient déjà appelé la Confédération à instaurer un «bonus apprenti» pour soulager les entreprises formatrices. Il pourrait prendre la forme du financement du salaire d’un apprenti pendant une période donnée, avaient-elles proposé.

 

La bise dans deux ans

NZZ AM SONNTAG/LE MATIN DIMANCHE: Il faudra s’habituer aux mesures prises pour endiguer l’épidémie de Covid-19 telles que la distanciation sociale et les mesures d’hygiène car elles sont là pour durer. Il est possible que «nous devions vivre ainsi pendant encore deux ans ou plus», estime Matthias Egger, directeur de la taskforce Covid-19 de la Confédération dans une interview avec la NZZ am Sonntag. Le Professeur Didier Pitter des HUG lui fait echo dans le Matin Dimanche en indiquant que l’on pourra se refaire la bise dans environ deux ans. «Nous pourrons à nouveau nous embrasser quand l’immunité de groupes sera suffisante pour que le virus ne circule plus de manière exagérée», précise-t-il.

 

Les coûts de Bernexpo

LE MATIN DIMANCHE: La session parlementaire extraordinaire qui débute lundi et celle de juin auront lieu à Bernexpo. Entre les deux, des séances de commission sont également prévues dans le centre de congrès bernois. Elles coûteront 61’000 francs par jour, rapporte le Matin Dimanche. Outre la location de quatre halles, dont le prix de location – 7500 francs par jour – a été rendu public cette semaine, ce montant comprend l’équipement de conférence, les frais de personnel et les frais accessoires, selon les Services du parlement.

 

Pour changer de sujet

 

Emplois biffés à la NZZ

SONNTAGSZEITUNG: En raison de la baisse des recettes publicitaires, le NZZ prévoit un programme d’économies, rapporte la SonntagsZeitung en se basant sur une lettre envoyée par le CEO du groupe Felix Graf à la commission du personnel. Malgré le recours au chômage partiel en raison de la crise du coronavirus, des emplois doivent être supprimés, selon le document. La direction présentera un concept au conseil d’administration à la fin du mois de juin. On ne sait pas encore combien d’emplois seront touchés, mais au sein de la rédaction une réduction d’effectif de 10% est évoquée. Cette lettre a provoqué un tollé au sein du personnel. La SonntagsZeitung rapporte également que, après une longue hésitation, la Weltwoche a déposé une demande de chômage partiel.

 

Des sous pour dégivrer les drones de l’armée

NZZ AM SONNTAG: Les drones de l’armée rencontrent de nouveaux problèmes, rapporte la NZZ am Sonntag. Pour les rendre opérationnels, le Département de la défense (DDPS) a besoin de fonds supplémentaires. Il devra demander un crédit supplémentaire au Parlement, dont le montant fait encore l’objet de clarifications. Il s’agit d’obtenir l’homologation d’un système de dégivrage sans lequel 30% des missions ne pourraient pas être réalisées. Le journal se base un rapport du DDPS qui évalue les risques des acquisitions en cours de l’armée. Depuis la signature du contrat, les exigences pour la certification du système de dégivrage ont été revues à la hausse, indique un porte-parole du DDPS au journal.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

MédiasRevue de presse: un Conseil fédéral trop hésitant, exportation de masques ou cas de racisme en hausse… les titres de ce dimancheRevue de presse: un Conseil fédéral trop hésitant, exportation de masques ou cas de racisme en hausse… les titres de ce dimanche

MédiasRevue de presse: déconfinement, taux de mortalité en Romandie et Ronaldinho épinglé... les titres de ce dimancheRevue de presse: déconfinement, taux de mortalité en Romandie et Ronaldinho épinglé... les titres de ce dimanche

A la uneRevue de presse: incendies de forêt, images pornos et coronavirus… les titres de ce dimancheRevue de presse: incendies de forêt, images pornos et coronavirus… les titres de ce dimanche

Top