17.12.2019, 14:09

Norme anti-homophobie: le Conseil fédéral et le Parlement ont lancé leur campagne

chargement
Le Parlement a accepté en décembre 2018 d'étendre la norme antiracisme à la discrimination basée sur l'orientation sexuelle. (illustration)

Société Le Conseil fédéral et le Parlement ont lancé mardi leur campagne en faveur de la norme anti-homophobie. Avec cette nouvelle loi, il ne sera plus possible de propager la haine et d’appeler à la discrimination ou à la violence contre les personnes homo- ou bisexuelles.

Nul ne doit être discriminé en raison de sa sexualité. C’est un droit fondamental protégé par la Confédération. Le Conseil fédéral et le Parlement ont lancé mardi leur campagne en faveur de la norme anti-homophobie.

Le Parlement a accepté en décembre 2018 d’étendre la norme antiracisme à la discrimination basée sur l’orientation sexuelle. Cette révision de la loi, partie d’une initiative parlementaire du conseiller national Mathias Reynard (PS/VS), vise à protéger la communauté homosexuelle, bisexuelle, transgenre ou intersexe (LGBTI).

Cette extension de la norme antiraciste ne viole pas la liberté d’expression, estiment le gouvernement et le Parlement. «On pourra toujours exprimer son avis, même s’il est critique.» Ce qui est dit dans un cercle d’amis n’est pas visé par la disposition pénale.

A lire aussi : Norme anti-homophobie: pour ses défenseurs, «la nouvelle loi n’empêchera personne d’exprimer son opinion»

Les débats publics et l’expression de points de vue resteront eux possibles pour autant qu’ils ne portent pas atteinte à la dignité humaine ou dénient des droits à une personne. De plus, une personne ne peut être punie que si elle a délibérément cherché à blesser.

Mais il ne sera plus possible de propager la haine et d’appeler à la discrimination ou à la violence contre les personnes homo- ou bisexuelles, précise le gouvernement dans un communiqué. Les restaurants, les cinémas, les hôtels ne pourront plus refuser de clients pour le motif qu’ils sont homosexuels.

Orientation sexuelle

La loi sur laquelle le peuple est appelé à se prononcer le 9 février prochain veut compléter la législation actuelle. Celle-ci ne protège que contre la discrimination et l’incitation à la haine fondée sur l’appartenance raciale, ethnique ou religieuse.

La discrimination fondée sur l’orientation sexuelle n’est aujourd’hui protégée qu’en cas de délits contre l’honneur ou de lésions corporelles. Cette protection ne vaut que pour des personnes individuelles, mais ne permet pas de punir des attaques contre «les homosexuels».

Cette extension ne vaudra pas pour les déclarations et les actes visant des préférences sexuelles pathologiques comme la pédophilie. L’Union démocratique fédérale et des jeunes UDC ont lancé le référendum contre ce qu’ils estiment être une loi de censure.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

législationVotations du 9 février – Loi anti-homophobie: oui du PS à une meilleure protection contre les discriminationsVotations du 9 février – Loi anti-homophobie: oui du PS à une meilleure protection contre les discriminations

DébatsNorme anti-homophobie: pour ses défenseurs, «la nouvelle loi n’empêchera personne d’exprimer son opinion»Norme anti-homophobie: pour ses défenseurs, «la nouvelle loi n’empêchera personne d’exprimer son opinion»

Top