15.07.2020, 19:56

Justice: l’ex-conseiller national UDC Yvan Perrin pas coupable de discrimination raciale

chargement
Selon le procureur général, Yvan Perrin a propagé une "idéologie visant à dénigrer de façon systématique les musulmans en raison de leur appartenance religieuse".

Verdict Yvan Perrin n’a pas été reconnu coupable de discrimination raciale par le Tribunal de police de Neuchâtel. Il lui était reproché de ne pas avoir effacé des commentaires litigieux sur son compte Facebook. Cependant, les auteurs de ces commentaires ont été condamnés.

Yvan Perrin ne s’est pas rendu coupable de discrimination raciale en maintenant sur son compte Facebook des commentaires litigieux de tiers. Le Tribunal de police de Neuchâtel n’a pas suivi mercredi le Ministère public et a acquitté l’ex-conseiller national UDC.

Entre le 4 et le 6 avril 2019, Yvan Perrin a publié sur son compte Facebook des commentaires à propos notamment du Musée des civilisations islamiques de La Chaux-de-Fonds. Il mettait ses publications en lien avec les Frères musulmans.

Lors de son audition devant le Tribunal de police du Littoral et du Val-de-Travers, Yvan Perrin a déclaré que ses commentaires visaient cette mouvance spécifique, considérée par certains comme une organisation terroriste, et pas les musulmans en général ou l’islam.

Pour le Ministère public, absent à l’audience, des débordements de langage étaient à prévoir compte tenu du sujet abordé. Il reprochait à l’ancien élu d’avoir maintenu sur son mur virtuel des commentaires de tiers appelant à la haine.

«On ne peut pas attribuer des propos de tiers à Monsieur Perrin», a estimé le juge Bastien Sandoz. Le magistrat estime que le prévenu n’a pas eu un comportement actif pour propager ces messages problématiques en les maintenant.

On ne peut pas attribuer des propos de tiers à Monsieur Perrin.
Bastien Sandoz, magistrat

Pour le juge, il est délicat de prononcer une condamnation en l’état actuel de la législation pour n’avoir pas effacé des commentaires. «L’infraction par omission n’est pas retenue». Six auteurs de ces commentaires litigieux ont en revanche été eux condamnés par ordonnance pénale, a précisé Bastien Sandoz.

Commentaires litigieux

«J’assume totalement ce que j’écris mais la façon dont les gens peuvent le comprendre m’échappe», a déclaré le prévenu. L’ancien conseiller national a affirmé ne pas avoir sciemment maintenu des propos discutables pour les propager.

J’assume totalement ce que j’écris mais la façon dont les gens peuvent le comprendre m’échappe.
Yvan Perrin, ex-conseiller national UDC

«Lorsque vous publiez une communication qui fait beaucoup réagir, vous n’arrivez pas à tout suivre. Je n’exclus donc pas que certains commentaires litigieux aient échappé à ma vigilance», a déclaré Yvan Perrin. Le citoyen de la Côte-aux-fées assure avoir effacé les «posts» problématiques qu’il a pu lire sur son compte.

Selon l’acte d’accusation, Yvan Perrin a également commenté l’existence d’une école musulmane près de Lyon avec ces mots: «l’infection s’étend». Ces propos faisaient allusion à un article du magazine français Marianne qui relatait l’influence sous laquelle se trouvait cette école.

Le juge relève qu’il n’y a pas dans ce cas précis de discrimination raciale, estimant que cette expression s’inscrit dans le cadre d’un débat politique et qu’elle ne vise pas à rabaisser un groupe de personnes ou une religion.

La défense fustige le procureur général

Dans sa plaidoirie, Jean-Luc Addor n’a pas mâché ses mots à l’égard du procureur général Pierre Aubert qui a renoncé à comparaître à l’audience. «Il n’y a pas de contradicteur», a affirmé le conseiller national (UDC/VS) qualifiant d’affront l’absence du magistrat et dénonçant un procès d’intention.

Yvan Perrin est essentiellement accusé pour d’autres, pour des propos qui ne sont pas les siens.
Jean-Luc Addor, conseiller national UDC valaisan

Sur le fond du dossier, Jean-Luc Addor estime que l’accusé qu’il a qualifié de «lanceur d’alerte» n’a pas commis d’atteinte à la paix publique. «Yvan Perrin est essentiellement accusé pour d’autres, pour des propos qui ne sont pas les siens», a ajouté l’avocat, réclamant l’acquittement de son client.

Le procureur général Pierre Aubert avait requis une peine de 90 jours-amende à 30 francs, soit 2700 francs, avec sursis pendant deux ans. Dans l’acte d’accusation, il affirme que l’accusé a propagé une «idéologie visant à dénigrer de façon systématique les musulmans en raison de leur appartenance religieuse».

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

JusticeJean-Luc Addor condamné pour un tweet racisteJean-Luc Addor condamné pour un tweet raciste

JusticeNeuchâtel: l’analyse d’un dossier de justice pénale par des étudiants dérangeNeuchâtel: l’analyse d’un dossier de justice pénale par des étudiants dérange

Top