18.10.2017, 13:51

Gel et chaleurs: les caprices de la météo ont mis les fruits suisses à rude épreuve

chargement
Les producteurs de fraises ont subi de grosses pertes. La récolte est inférieure de 21% à la moyenne des cinq dernières années et d'un tiers à celle de 2014. (illustration)

Agriculture Le gel au printemps, puis les vagues de chaleur en été, ont eu des conséquences sur les récoltes de fruits en Suisse. Faibles, elles ont en partie été compensées par l'importation de fruits étrangers.

Gel au printemps, vagues de chaleur en été: cette année les caprices de la Météo ont mis les fruits suisses à rude épreuve, avec pour conséquence de maigres récoltes. Elles ont en partie été compensées par l'importation de fruits étrangers.

Pour la plupart des producteurs de baies et de fruits, octobre marque la fin des récoltes. "Tout ne s'est pas bien passé", peut-on lire sur la couverture du dernier numéro de "Fruits & Légumes", le magazine de Fruit-Union Suisse.

Les producteurs de fraises ont subi de grosses pertes. La récolte est inférieure de 21% à la moyenne des cinq dernières années et d'un tiers à celle de 2014. D'importants contingents d'importation ont été accordés afin de garantir l'approvisionnement. Les baies d'arbustes ont également souffert. Les productions de myrtilles, de groseilles et de cassis accusent un fort recul.

Mauvaise évaluation de la situation

Selon Fruit-Union Suisse, la campagne de cerises s'est aussi avérée compliquée. "Les calibres et la qualité ont été très hétérogènes". La récolte est inférieure de 31% à la moyenne des cinq dernières années.

Des couacs se sont aussi produits au niveau de la commercialisation des cerises. Cité dans le magazine, Hubert Zufferey, collaborateur de Fruit-Union Suisse, estime qu'elle "ne s'est pas déroulée d'une manière satisfaisante". Il met notamment en cause des "informations insuffisantes au sujet des quantités récoltées et de la situation relative aux stocks".

Les estimations faisaient état de 800 tonnes alors qu'au final 1454 tonnes ont été récoltées. Hubert Zufferey note que la communication entre le commerce et les producteurs n'était pas idéale cette année. Il tâchera de l'améliorer pour l'année prochaine.

Des framboises à foison

La récolte d'abricots a été faible mais plus importante que prévue. Pour les régions où la lutte contre le gel par aspersion a été possible, la récolte a été moyenne à bonne. Le volume de fruits commercialisés par le commerce de gros se situe à 60% de la moyenne des cinq dernières années.

En cette année peu clémente, certaines baies ont réussi à tirer leur épingle du jeu. Depuis dix ans, jamais autant de framboises n'ont été produites: 1797 tonnes, soit un tiers de plus que la moyenne à long terme. Cette augmentation est en partie due à l'augmentation des surfaces de production.

Des surfaces également en progression pour les mûres, dont la production a augmenté de 2% par rapport à l'année passée. Contrairement aux autres fruits, ces baies ont profité des conditions météorologiques de cet été.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

SUPER LEAGUE«Il y a eu le gel et, à la fin,  on aura peu ou pas de récoltes»«Il y a eu le gel et, à la fin,  on aura peu ou pas de récoltes»

Top