29.08.2020, 00:01
Lecture: 4min

Coronavirus: le blues des musiciens de rue

Premium
chargement
Le Buskers festival, qui se tient dans les rues de Neuchâtel,  a dû être annulé, cette année, en raison de la crise sanitaire.
Par Alain Meyer

ARTISTES La crise sanitaire a rogné les ailes d’une profession déjà corsetée par les divers règlements de police.

Pour Johnny Distortion, musicien de rue depuis bientôt trente ans, survivre à l’ère du coronavirus ressemble un peu à un parcours du combattant. Mais cette situation n’est pas nouvelle. Parachuté, vers la fin des années 1990, du sud de la Californie à Paris, puis à Genève, avant d’atterrir à Bienne, où il s’est marié avec une Suissesse, cet adepte de la guitare sèche s’est déjà frotté, par le passé, à moult embûches administratives.

Pour pouvoir se...

Top