Consentement présumé pour le don d'organes avalisé: «C’est une très bonne nouvelle»

chargement

SANTÉ Le don d’organes connaît une vraie révolution, avalisée lundi au Parlement. Le consentement présumé va certainement permettre de sauver des vies chaque année en Suisse.

  21.09.2021, 00:01
Lecture: 8min
Premium
Avec le consentement présumé, les Chambres fédérales espèrent augmenter le nombre de dons d’organes.

Entretien avec le professeur et médecin Manuel Pascual, directeur médical du Centre universitaire romand de transplantation et du Centre de transplantation d’organes au CHUV.

Y a-t-il urgence dans le don d’organes?

Manuel Pascual: Tous les pays pratiquant la transplantation connaissent des pénuries d’organes. En Suisse, l’infrastructure et le personnel, le matériel et les médicaments, le savoir-faire en général sont de qualité et les résultats sont très bons. Le problème principal réside dans le manque...

À lire aussi...

SANTÉDon d'organes facilité: le National accepte le passage à un consentement présuméDon d'organes facilité: le National accepte le passage à un consentement présumé

législationPremier pas vers un don d’organes facilitéPremier pas vers un don d’organes facilité

SantéDon d’organes: 519 transplantations en 2020, le coronavirus n’a pas provoqué de baisse brutaleDon d’organes: 519 transplantations en 2020, le coronavirus n’a pas provoqué de baisse brutale

DécisionDon d’organes: le Conseil fédéral veut impliquer les proches dans la décisionDon d’organes: le Conseil fédéral veut impliquer les proches dans la décision

MédecineDon d’organes: le taux de refus des proches est élevé en SuisseDon d’organes: le taux de refus des proches est élevé en Suisse

SantéDon d'organes sans consentement: le référendum est lancéDon d'organes sans consentement: le référendum est lancé

Top