12.03.2018, 21:37

Assurances sociales: des détectives privés autorisés à tracer les éventuels fraudeurs

chargement
1/2  

Assurances sociales Engager un détective privé pour démasquer d'éventuels fraudeurs aux assurances sociales sera désormais autorisé en Suisse. Le parlement a décidé de permettre le recours à la géolocalisation, aux enregistrements vidéo ou encore aux écoutes.

Des détectives pourront à nouveau surveiller d'éventuels fraudeurs aux assurances sociales, au besoin avec des GPS. La base légale qui faisait défaut en Suisse est en passe d'être assurée. Au Conseil national, la gauche a échoué à couler ou du moins adoucir le projet.

En 2016, la Cour européenne des droits de l'homme a rappelé la Suisse à l'ordre, donnant raison à une Zurichoise espionnée par des détectives engagés par son assurance. Les bases légales ont été jugées trop vagues pour une surveillance qui enfreint le droit au respect de la vie privée et familiale.

La caisse nationale d'assurance accidents (Suva) et les offices d'assurance invalidité ont alors suspendu leur recours aux détectives privés, le temps que le Parlement légifère.

Géolocalisation autorisée

Au coeur du projet, un élargissement des possibilités de surveillance. Outre les enregistrements visuels, il permettra les enregistrements sonores et surtout le recours à des instruments techniques permettant de localiser l’assuré, comme les GPS.

La surveillance ne sera pas limitée à des lieux librement accessibles, comme les rues ou les parcs. Comme la Chambre des cantons, le National a tenu à ce qu'elle puisse être effectuée aussi dans des lieux visibles depuis un endroit librement accessible, par exemple un balcon.

Seul l’usage de traceurs GPS devrait nécessiter l’autorisation d’un juge. Pour les autres cas, la surveillance pourra être ordonnée par une personne responsable au sein de l'assurance, estime la majorité du National. Le Conseil des Etats et le gouvernement tiennent à préciser qu'il s'agit d'un membre de la direction de l'assurance.

Surveillance de 30 jours au maximum

L'observation pourra être menée durant au plus 30 jours sur une période de six mois. Si des motifs suffisants le justifient, cette période pourra être prolongée de six mois au maximum, mais sans augmentation du nombre total de jours d'observation.

Si le matériel d'observation ne permet pas de confirmer des soupçons d'abus, l'assureur devra notifier l'observation et détruire le matériel recueilli. L'assuré pourra l'empêcher par une demande expresse de conservation dans son dossier. Le gouvernement réglera la procédure d'accès au matériel et les modalités de conservation.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

sociétéAssurances sociales: la droite parlementaire ne veut ni congé parental, ni congé paternitéAssurances sociales: la droite parlementaire ne veut ni congé parental, ni congé paternité

AssuranceAssurance accident: les primes de la Suva devraient rester stables ces prochaines annéesAssurance accident: les primes de la Suva devraient rester stables ces prochaines années

Top