16.06.2020, 09:09

Amiante: le Fonds d’indemnisation des victimes craint pour son financement

chargement
La Suisse a été l’un des premiers pays au monde à interdire l’amiante, le 1er mars 1990. (illustration)

Crise sanitaire Le Fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante s’inquiète pour son financement, en raison de la situation économique liée au coronavirus. D’autant plus que les besoins vont aller croissant.

Le Fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante (EFA) a battu en 2019 tous ses records: il n’a jamais reçu autant de demandes et versé autant d’indemnisations. Avec la crise du Covid-19, l’EFA craint que les dons ne suivent plus pour financer les aides.

A l’origine, les participants à la table ronde s’étaient mis d’accord pour collecter jusqu’à 100 millions de francs au titre du Fonds d’indemnisation. L’an dernier, la fondation a reçu 11,5 millions de francs, soit au total 24 millions depuis sa création en 2017. Un financement risque de s’avérer plus difficile en raison de la crise du coronavirus, écrit mardi la fondation.

Or personne ne conteste la responsabilité sociale des secteurs économique et industriel concernés. C’est à eux d’apporter un soutien accru aux activités de la fondation, selon Urs Berger, président de la fondation. Si cette dernière ne réussit pas à augmenter sensiblement ses entrées d’argent, les fonds restants seront probablement épuisés d’ici au quatrième trimestre 2021.

7 millions par année

Et les besoins vont aller croissant. En 2019, le Fonds a reçu 88 demandes. Elles ont donné lieu à 52 versements d’indemnisations totalisant 4,77 millions de francs, un record en trois ans. Au cours des prochaines années, la fondation prévoit une augmentation du montant annuel total d’indemnisations allant jusqu’à 7 millions de francs.

 

 

L’indemnisation moyenne des personnes éligibles dont les dommages sur la santé n’étaient pas reconnus comme une maladie professionnelle par la loi sur l’assurance accident (LAA) s’est établie à 146’000 francs. Le montant moyen de l’indemnisation pour un mésothéliome reconnu comme maladie professionnelle par la LAA était de 51’000 francs.

3900 décès supplémentaires

La Suisse a été l’un des premiers pays au monde à interdire l’amiante, le 1er mars 1990. Malgré l’interdiction, la problématique demeure: chaque année, quelque 120 personnes contractent un mésothéliome, soit des tumeurs malignes au niveau du péritoine ou de la plèvre.

On estime que l’amiante a causé la mort de plus de 2000 personnes en Suisse. La Suva prévoit 3900 décès supplémentaires d’ici 2040, ce qui porte le nombre de cas annuels à 170. Les personnes sévèrement touchées sont les employés du secteur de la construction, mais également leurs proches, par le biais de contacts avec des vêtements contaminés.

Créée le 28 mars 2017, la Fondation EFA a pour mission de fournir une aide rapide et juste sans bureaucratie inutile aux personnes atteintes d’un mésothéliome dit malin et à leurs proches.

www.stiftung-efa.ch.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

SantéSanté: la Suva s’attend à une hausse des maladies dues à l’amianteSanté: la Suva s’attend à une hausse des maladies dues à l’amiante

santé1,4 million prélevé dans le fonds spécial pour indemniser les victimes de l'amiante1,4 million prélevé dans le fonds spécial pour indemniser les victimes de l'amiante

Santé publiqueSanté: un fonds créé pour rapidement indemniser les victimes de l'amianteSanté: un fonds créé pour rapidement indemniser les victimes de l'amiante

Top