16.02.2020, 08:54

Affaire Crypto: plusieurs anciens ministres et membres des autorités étaient au courant

chargement
La société suisse Crypto AG a été utilisée par la CIA pour espionner de nombreux gouvernements.

Revue de presse L’affaire Crypto continue à faire des vagues. Une grande partie du monde politique de l’époque est éclaboussée par le scandale de cette société suisse utilisée par la CIA pour espionner de nombreux gouvernements. Plusieurs anciens conseillers fédéraux et membres des autorités étaient au courant, selon la presse dominicale.

Qui savait et n’a rien dit? L’affaire Crypto s’étale en ce dimanche dans tous les hebdomadaires suisses. Voici un condensé de ce que vous trouverez dans les pages des quatre journaux dominicaux que sont la NZZ am Sonntag, la SonntagsZeitung, le SonntagsBlick et Le Matin Dimanche.

L’affaire Crypto et les documents d’archives secrets révélés continuent de secouer le monde politique suisse. Plusieurs conseillers fédéraux et des conseillers aux Etats notamment, de toutes les régions linguistiques auraient eu connaissance des activités d’espionnage de l’entreprise zougoise Crypto AG. Selon la NZZ am Sonntag et la SonntagsZeitung, la conseillère fédérale PLR Karin Keller-Sutter a soumis au Conseil fédéral des documents destinés à montrer que l’ancien ministre de la justice Arnold Koller (PDC) avait bien été bien informé des enquêtes de la police fédérale sur Crypto AG dans les années 1990.

Anciens ministres des Affaires étrangères au courant

Il aurait aussi eu connaissance des contacts de l’ancien conseiller fédéral Kaspar Villiger (PLR) avec un membre du conseil d’administration de la société. Ce dernier, déjà cité cette semaine par la presse qui s’appuie sur des documents de la CIA, a nié à plusieurs reprises avoir été au courant. La NZZ am Sonntag, s’appuyant sur des lettres datant du début de 1994 consultées au centre d’archives de Zoug, affirme aussi que le ministre de l’économie de l’époque, le Vaudois Jean-Pascal Delamuraz (PLR) et celui des affaires étrangères, le Tessinois Flavio Cotti (PDC) étaient informés des machinations de Crypto AG. Les lettres ont été écrites par un homme d’affaires travaillant pour la distribution de la société en Iran qui avait été arrêté en 1992 en même temps que l’employé suisse Hans Bühler.

 

A cette liste déjà bien étoffée, Le Matin Dimanche ajoute deux libéraux-radicaux zougois: l’ancien conseiller national et conseiller d’Etat Georg Stucky, par ailleurs membre puis président du conseil d’administration de Crypto AG, pendant de nombreuses années ainsi que l’ancien conseiller aux Etats Rolf Schweiger, brièvement président des radicaux en 2004, puis membre du conseil d’administration de Crypto AG de 2014 à 2018. Et l’hebdomadaire romand de relever que beaucoup des personnes pointées du doigt sont issues des rangs du PLR. «Un pur hasard», selon la conseillère nationale bernoise Christa Markwalder. «On parle d’une autre époque. Les postes clés étaient en mains PLR», tempère aussi le vice-président actuel du parti suisse, le Valaisan Philippe Nantermod.

On parle d’une autre époque. Les postes clés étaient en mains PLR.
Philippe Nantermod, vice-président du PLR

 

PDC aussi éclaboussé

L’hebdomadaire lémanique souligne qu’au moins un autre parti est éclaboussé pour l’heure: le PDC. Des questions subsistent en effet autour du degré d’information de l’ancien ministre de la justice Arnold Koller ainsi que du chef de la police fédérale Urs von Däniken. Une autre révélation dans la NZZ am Sonntag semble aussi confirmer que certains membres des autorités savaient: l’ancien responsable du secteur développement au sein de l’entreprise, Peter Frutiger, y affirme dans un entretien les avoir informés des agissements de Crypto AG après son départ à la fin des années 1970.

De quoi donner bien du travail à l’ancien juge fédéral Niklaus Oberholzer. Interrogé dans les pages du Matin Dimanche et de la SonntagsZeitung, celui qui a été mandaté par le Conseil fédéral pour mener l’enquête parle d'«une mission des plus passionnantes». Son travail étant de «reconstituer soigneusement les faits», leur évaluation ne sera plus de son ressort. «Cela doit être fait par le Conseil fédéral ou le Parlement». En réaction au scandale Crypto, certains parlementaires veulent consolider la surveillance du service de renseignement, rapporte encore le SonntagsBlick.

Pour rappel, l’émission Rundschau de la télévision alémanique a révélé mardi que la CIA et les services de renseignements allemands (BND) auraient, durant des dizaines d’années, intercepté des milliers de documents de plus de 100 pays via les appareils de chiffrement de l’entreprise Crypto.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

InnocentAffaire Crypto: l’ex-ministre Kaspar Villiger affirme qu’il ignorait les activités de la CIAAffaire Crypto: l’ex-ministre Kaspar Villiger affirme qu’il ignorait les activités de la CIA

InvestigationEspionnage de la CIA via Crypto: la Délégation des commissions de gestion ouvre une enquêteEspionnage de la CIA via Crypto: la Délégation des commissions de gestion ouvre une enquête

Revue de presseEspionnage de la CIA: pour la presse, la neutralité de la Suisse a pris un coupEspionnage de la CIA: pour la presse, la neutralité de la Suisse a pris un coup

Service secretEspionnage de la CIA: les partis suisses veulent des explicationsEspionnage de la CIA: les partis suisses veulent des explications

RévélationsEspionnage: la CIA s'est servie de la Suisse comme base arrière pour ses activitésEspionnage: la CIA s'est servie de la Suisse comme base arrière pour ses activités

Top