11.10.2019, 15:46

La soixantaine rugissante pour le Rallye international du Valais

chargement
Mike Coppens avait décroché un très bon quatrième rang l'an dernier. Saura-t-il répéter cet exploit?

Rallye Pour son 60e anniversaire, le Rallye international du Valais livre un programme de deux jours et demi, entre classique et innovation.

«Lâcher de fauves», c’est ainsi que le Rallye international du Valais a surnommé sa 60e édition qui se déroulera du jeudi 17 au samedi 19 octobre. Des fauves provenant principalement de Suisse, comme Olivier Burri ou Ivan Ballinari, mais aussi d’Europe et même des Etats-Unis puisque la star mondiale du drift, Ken Block, jouera le rôle d’ouvreur de luxe. Entre innovation et retour aux classiques, le RIV présente cette édition anniversaire 2019. 

Les nouveautés: les pilotes au cœur de l’arène 

Pour ses 60 ans, le Rallye international du Valais (RIV) s’est offert un petit passage dans l’amphithéâtre de Martigny. Tous les équipages traverseront le cœur de l’arène octodurienne avant de s’élancer sur la toute première spéciale de cette édition 2019. Une spéciale qui «amènera le rallye en ville et permettra de le rendre encore plus accessible au public», comme le souligne Cédric Borboën, directeur du RIV.

Ce premier tracé, long de 2,4 km, sera la mise en bouche de cette demi-journée initiale de compétition. Une innovation spécialement conçue pour ce 60e. «L’idée était de permettre aux pilotes d’avoir un peu plus de temps entre les spéciales, mais aussi de marquer le coup symboliquement», explique Patrick Borruat, directeur de course.   

Le parcours: un finish qui promet

Les 18 spéciales agendées sur ce millésime 2019 naviguent entre des classiques qui ont fait la légende du RIV et des spéciales innovantes. «Je me suis plongé dans les anciens programmes durant de longues heures», sourit Patrick Borruat. De cette intense réflexion ressortent principalement les spéciales de la Croix de Cœur – «un tracé mythique qui se fera de nuit» –, les classiques de Veysonnaz et de Nendaz – «très appréciées des pilotes» –, le traditionnel passage aux Casernes et une dernière spéciale dantesque qui mènera les équipages sur les routes du Sanetsch.

«Ce sera la dernière, mais les participants devront être au sommet niveau concentration.» Traversée des gorges, passage sur le pont du Diable et descente de 400 mètres de dénivelé seront notamment au programme de cette ultime spéciale.  

Les favoris: Olivier Burri pour un neuvième sacre?

Son statut de favori n’est annoncé qu’à demi-mot, mais son nom est sur toutes les lèvres; une fois de plus, Olivier Burri livrera bataille pour le titre suprême. Un titre qui pourrait être son neuvième sur le RIV si les pronostics se concrétisent. Deuxième l’an dernier, le Jurassien sera le favori en l’absence du vainqueur des deux dernières éditions, l’Italien Giandomenico Basso.

Mais l’octuple champion n’aura pas la tâche facile pour autant. Quinze autres pilotes de R5 seront sur la ligne de départ. Parmi eux, son rejeton, Michael Burri – troisième l’an dernier –, mais aussi Ivan Ballinari, double champion de Suisse en titre, ou encore les Belges Pieter Tsjoen ou Joachim Wagemans. Du côté des Valaisans, Mike Coppens devra batailler ferme pour faire aussi bien que sa quatrième place de l’an dernier.  

A lire aussi: L’Italien Giandomenico Basso remporte le Rallye international du Valais pour la deuxième fois d’affilée

Les enjeux: des titres européens à aller chercher

Pour ce 60e anniversaire, le RIV aura les honneurs de l’Europe, puisqu’il sera le cadre des finales FIA-ERT – un championnat continental, divisé en sept zones, la Suisse faisant partie avec la France et l’Italie de la zone «Alpine».

D’ordinaire, ces finales se déroulent chaque année en Algarve, à la mi-novembre. «Mais nous avions à cœur d’être présents en Valais pour l’anniversaire du RIV», commente Jérôme Roussel, manager FIA-ERT. «Grâce à ces finales, le rallye aura une saveur internationale.» Selon toute vraisemblance, le Bulgare Miroslav Angelov – leader de la zone «Balkan» et le Tchèque Ondrey Bisaha – leader de la zone «Central» – devraient se livrer un duel pour le titre ultime.

Sous un angle plus valaisan, Ismaël Vuistiner s’offrira un duel avec Styve Juif pour le titre du Clio R3T Alps Trophy. S’il parvient à terminer devant son adversaire, le pilote de Vercorin s’offrira un nouveau séjour sur le Rallye de Monte-Carlo en 2020. Une récompense qui fait forcément saliver. 

A lire aussi: Rallye: Ismaël Vuistiner et Florine Kummer veulent revoir le port de Monaco

L’attraction: Ken Block booste l’attractivité

Il est sans aucun doute le véritable cadeau que le RIV attendait pour ses 60 ans. Un cadeau que le comité a commandé depuis deux ans déjà. «Il a fallu trouver le financement pour le faire venir. Au final, c’est lui qui a mis notre rallye dans le calendrier de sa tournée», sourit Cédric Borboën.

Le pilote américain, roi du drift mondial, jouera le rôle d’ouvreur de luxe pour cette édition 2019. «Sa Ford Escort n’est malheureusement pas homologuée par la FIA. Mais sa présence seule est déjà un événement en soi.» Un événement qui a grandement boosté l’attractivité du RIV. «Nous avons reçu énormément de demandes pour une séance de dédicaces et le nombre de visites sur notre site internet a été dopé.» 

 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top