12.01.2018, 00:01

La Coupe du monde à Veysonnaz

Abonnés
chargement
Les meilleurs athlètes mondiaux concourront à Veysonnaz.

 12.01.2018, 00:01 La Coupe du monde à Veysonnaz

HANDISKI Près de 150 skieurs concourront sur la piste de l’Ours dès dimanche.

Pour la première fois, Veysonnaz met sur pied des courses de Coupe du monde de ski handicap. «C’est une sorte d’aboutissement pour nous. Lorsqu’on nous l’a proposé, nous avons immédiatement dit oui», explique Didier Bonvin, responsable des manifestations de la station du Valais central qui par le passé avait déjà organisé des courses FIS, les championnats de Suisse ou...

Pour la première fois, Veysonnaz met sur pied des courses de Coupe du monde de ski handicap. «C’est une sorte d’aboutissement pour nous. Lorsqu’on nous l’a proposé, nous avons immédiatement dit oui», explique Didier Bonvin, responsable des manifestations de la station du Valais central qui par le passé avait déjà organisé des courses FIS, les championnats de Suisse ou encore la Coupe d’Europe de la discipline. Sur la piste de l’Ours, deux slaloms et deux géants sont au programme de dimanche à mercredi pour une compétition qui s’inscrit comme une véritable répétition générale des épreuves paralympiques de PyeongChang. Les médailles se distribueront du 8 au 18 mars sur les neiges et sur les glaces coréennes.Ce sont près de 150 athlètes, les meilleurs mondiaux, qui s’élanceront dans le portillon de départ dont une cinquantaine de chaises. «C’est un gros challenge logistique», énonce Didier Bonvin. «La dernière fois que nous avons mis sur pied ces compétitions pour la Coupe d’Europe, nous ne comptions au maximum qu’une centaine d’athlètes. En termes d’infrastructures, cela revient à organiser une Coupe du monde de snowboard.» Avec les accompagnants, Veysonnaz accueille entre 350 et 400 personnes.Le budget de la manifestation s’élève à 200 000 francs. Une production de télévision mandatée par la FIS assure les images de toutes les courses pour des diffusions en direct dans certains pays. «Cela donne du volume à la manifestation», se réjouit Didier Bonvin, qui demeure encore à la recherche de bénévoles pour assurer le bon fonctionnement des compétitions. «Si des personnes veulent s’annoncer, nous les accueillons avec plaisir.»johan tachet


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top