28.12.2011, 00:01

Eh oui, Sierre l'a fait...

Abonnés
chargement
1/5  

 28.12.2011, 00:01 Eh oui, Sierre l'a fait...

Par CHRISTOPHE SPAHR

SIERRE-AJOIE 5-3 Après six défaites d'affilée, Sierre offre enfin une première victoire dans le temps réglementaire à Philippe Bozon. Sierre attendait ça depuis quinze journées...

5 Sierre (2 0 3)

3 ajoie (0 0 3)

Patinoire de Graben, 1281 spectateurs. Arbitres: MM. Koch, Gnemmi et Niquille.

Buts: 7'52 Bonnet-Orellana 1-0; 18'45 Jörg-Cormier (Sierre à 5 contre 3) 2-0; 40'45 Vauclair-D'Urso 2-1; 50'09 Pedretti-Desmarais (Ajoie à 5 contre 4) 2-2; 52'34...

5 Sierre (2 0 3)

3 ajoie (0 0 3)

Patinoire de Graben, 1281 spectateurs. Arbitres: MM. Koch, Gnemmi et Niquille.

Buts: 7'52 Bonnet-Orellana 1-0; 18'45 Jörg-Cormier (Sierre à 5 contre 3) 2-0; 40'45 Vauclair-D'Urso 2-1; 50'09 Pedretti-Desmarais (Ajoie à 5 contre 4) 2-2; 52'34 Jörg-Jinman (Sierre à 5 contre 4) 3-2; 53'50 Tschuor-Pedretti 3-3; 56'37 Jörg-Jinman 4-3; 59'12 Cormier-Jinman 5-3.

Pénalités: 6 x 2' + 10' (Reber) contre Sierre, 6 x 2' contre Ajoie.

Sierre: Zerzuben; Orellana, Snell; Mattioli, Bagnoud; Summermatter, Dällenbach; Profico, Bonnet, Wirz; Jinman, Cormier, Jörg; Gay, Nendaz, Scherwey; Reber, Kachramanow. Entraîneur: Philippe Bozon.

Ajoie: Todeschini; Hauert, Orlando; Fey, D'Urso; Hostettler, Stämpfli; Posse, Roy, Pedretti; Desmarais, Vauclair, Tuffet; Chabloz, Chételat, Tschuor; Boillat, Frossard, Neff. Entraîneur: Vincent Léchenne.

Notes: Sierre sans Paterlini, Zanetti, Marghitola, Dayer, Dousse et Gartmann (blessés), Ajoie sans Barras et Lüthi (blessés).

En voilà un qui doit respirer, ce matin. C'est Philippe Bozon qui, après dix défaites et trois petits succès acquis aux penalties, a enfin pu lever les bras au terme du temps règlementaire. Il était temps. Ça faisait quinze matches, aussi, que Sierre n'avait plus obtenu trois points lors de la même rencontre. Un bail. 56 jours, pour être précis. Et la dernière fois, c'était déjà face à un adversaire romand - La Chaux-de-Fonds - à domicile. La seule différence est à rechercher dans les tribunes où ils étaient plusieurs centaines de plus, à l'époque - le 1er novembre - à frapper des mains.

Si Sierre s'est imposé, au-delà du fait que ça faisait assez longtemps qu'il n'avait plus affronté une équipe aussi mal lotie que lui, c'est parce qu'il a su se montrer un peu plus déterminé que d'habitude. Son coup de patin était un peu plus rageur, ses charges plus appuyées et son allant offensif plus marqué. Après, il a aussi exploité une erreur du gardien, sur le premier but et une double pénalité jurassienne. Ça faisait aussi une petite éternité qu'il n'avait plus marqué deux buts lors du premier tiers: le 11 octobre... C'est certain que ça aide, à plus forte raison que défensivement, depuis quelque temps, il tient assez bien la baraque.

Partant de là, à considérer aussi la performance plus que timide d'Ajoie, Sierre n'avait semble-t-il rien à craindre. D'ailleurs, il maîtrisait assez bien cette partie et il était suffisamment convaincant offensivement pour être à l'abri de toute mauvaise surprise. Quant aux Jurassiens, à l'instar de Desmarais, transparent et même plus concerné lors des accrochages, ils vivent eux aussi des moments bien compliqués.

Quatre points pour Derek Cormier

En fait, la partie a commencé à prendre une autre tournure lors des derniers instants du deuxième tiers, lorsque les Jurassiens se sont mis à pousser davantage. Elle a failli basculer lors du troisième tiers dès le moment où Ajoie, de plus en plus incisif, est revenu deux fois à la hauteur des Valaisans. Pire. Alors qu'il venait d'égaliser, à deux partout, Tuffet s'est retrouvé tout seul devant Zerzuben. Dix secondes plus tard, rien de plus. Mais l'attaquant jurassien a manqué sa reprise. Que se serait-il passé si Ajoie avait pris la main?

Dans la foulée, Sierre a encore profité d'un avantage numérique - et d'un rebond généreusement accordé par Todeschini - pour reprendre les commandes. Une dernière hésitation du gardien jurassien a définitivement scellé le sort de cette rencontre. Au passage, on relèvera les trois réussites de Mauro Jörg, prêté par Lugano - il n'est pas venu pour rien - et les quatre points de Derek Cormier qui, lui aussi, n'avait plus été à pareille fête depuis des lustres. Bref, Sierre s'est relancé hier soir. Il a plus voulu ce succès que son adversaire. Il n'a bien sûr pas résolu tout ses problèmes parce qu'il ne s'en est pas fallu de grand-chose pour qu'il laisse encore des plumes alors qu'il était en situation plus que favorable. Mais au moins, ce matin, il n'est pas définitivement décroché par ses adversaires directs. La huitième place pourrait d'ailleurs bien se jouer entre ces deux équipes.

Pour le reste, les deux équipes n'ont rien changé à leurs - mauvaises - habitudes. Une fois encore, elles se sont échangé des mauvais coups, se sont crié leurs quatre vérités et confirmé qu'entre ces deux-là, il n'y avait pas beaucoup d'affinités. Seule certitude: elles ne se retrouveront pas en play-off.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top