13.02.2018, 22:35

Ligue des champions: le FC Bâle s'incline lourdement 4-0 contre Manchester City

chargement
1/2  

 13.02.2018, 22:35 Ligue des champions: le FC Bâle s'incline lourdement 4-0 contre Manchester City

Football Il n'y a pas eu de miracle au Parc Saint-Jacques en 8e de finale aller de la Ligue des champions. Le FC Bâle s'est incliné lourdement (4-0) contre Manchester City. Un penalty non sifflé en faveur des Suisses en début de match aurait pu leur permettre d'espérer un peu plus longtemps. Mais, Manchester City était l'équipe la plus forte sur le terrain.

Comme redouté, il n'y a pas eu photo entre le FC Bâle et Manchester City, en 8e de finale aller de la Ligue des champions. Malgré toute leur bonne volonté, les Rhénans n'ont rien pu faire face à ce qui est, peut-être, la meilleure équipe au monde actuellement (4-0).

 

On le savait, il aurait fallu un miracle pour que le FCB obtienne un bon résultat mardi contre le leader incontesté de la Premier League. Dommage quand même puisque certains ingrédients du miracle, certains éléments des désormais célèbres nuits magiques bâloises, étaient manifestement réunis au Parc Saint-Jacques.

Un air de déjà vu avec un cador ultra-dominateur, des Rhénans acculés mais soucieux de tenter quelque chose à chaque occasion qui se présente et, justement, quelques opportunités intéressantes en contre. Le plus souvent en jouant le ballon dans le dos des défenseurs centraux anglais. Toutefois ni Dimitri Oberlin (6e) ni Valentin Stocker (15e) n'ont eu le geste juste devant le portier Ederson.

Un penalty évident

Pas plus que l'arbitre, qui aurait dû donner un penalty aux Suisses pour une obstruction de Nicolas Otamendi sur un Oberlin ayant réussi son dribble. Une ouverture du score bâloise aurait potentiellement mis le feu au Joggeli, et - pourquoi pas ? - au FCB.

Néanmoins, si les conditions du miracle étaient réunies, celles du triomphe de l'implacable réalité l'étaient aussi. Les Citizens, ont frappé une première fois à la 14e sur un corner de Kevin De Bruyne repris de la tête par Ilkay Gündogan, et n'ont ni concédé le 1-0 à Oberlin ni l'égalisation à Stocker. L'équipe de Pep Guardiola s'est même montrée de plus en plus précise, trouvant de mieux en mieux les espaces et créant presque à chaque fois des décalages décisifs au coeur de la défense à cinq d'un FCB qui n'aura finalement tenu qu'un quart d'heure.

Bernardo Silva, seul dans la surface de réparation, a inscrit le 2-0 à la 18e. Sergio Agüero, au tir si facilement armé qu'on en oublierait presque que cela requiert une maîtrise hors du commun, le 3-0 à la 23e. Une démonstration. Une correction. Une exécution. Sous les yeux du sélectionneur de l'équipe de Suisse Vladimir Petkovic et, assis à côté de lui, de son homologue allemand Joachim Löw.

Même constat d'impuissance après la pause. Mohamed Elyounoussi a bien tenté sa chance à la 48e - parade d'Ederson - mais, quatre minutes plus tard, Gündogan a battu Tomas Vaclik une deuxième fois. Le FCB n'avait pas les armes, encore moins avec un défenseur axial en moins (Eder Balanta, forfait). Guardiola, lui, a sorti en cours de match Raheem Sterling, De Bruyne et Agüero pour faire entrer Leroy Sané, David Silva et Danilo...

Déclarations

Raphaël Wicky (Bâle): «Il fallait une nuit parfaite et une nuit parfaite, ce n'est pas Gündogan qui marque de la tête alors qu'il fait ma taille... Les deux premiers buts ont été trop facilement marqués. Il y a aussi cette occasion d'Oberlin qui ne rentre pas, comme ça avait été le cas contre Benfica. Ca non plus, ce n'est pas une nuit parfaite. Nous n'avons pas eu peur, nous avons essayé de presser, mais c'est dur de presser cette équipe. C'est un autre monde. J'ai vu un Bâle qui voulait et c'est ce que je retiens.»

Léo Lacroix (Bâle): «Nous avons pris un but assez rapidement, on voulait tenir, c'était possible. Nous savions que nous affrontions les meilleurs joueurs au monde, qui iront probablement jusqu'en finale. Nous voulions juste courrir ensemble, nous battre ensemble, faire honneur au club, au maillot, à nos familles. On a une occasion avec Oberlin qui ne la met pas et après, ça joue vite. On voit la patte de Guardiola. Maintenant, il faut profiter du match retour prendre de l'expérience en vue de la suite championnat. Nous avons mal commencé, il faut se ressaisir. Il faut aller chercher cette première place.»

Vincent Kompany (Manchester City): «C'est une super performance d'équipe. Nous avons travaillé à la récupération puis avons mis de l'énergie. Nous avons une bonne entente dans ce système. Les passes que nous faisons ont peut-être l'air d'ête simples, mais il y a beaucoup de travail derrière.»


 

ATS

À lire aussi...

Ligue des championsFootball: Stephan Lichtsteiner retrouve la Juventus en Ligue des championsFootball: Stephan Lichtsteiner retrouve la Juventus en Ligue des champions

honneurFootball: Dimitri Oberlin dans le 11 de l'UEFA des nouveaux venus en Ligue des championsFootball: Dimitri Oberlin dans le 11 de l'UEFA des nouveaux venus en Ligue des champions

tirageFootball: le FC Bâle face à Manchester City en huitième de finale de la Ligue des championsFootball: le FC Bâle face à Manchester City en huitième de finale de la Ligue des champions

Le FC Bâle affrontera Manchester City

Après une phase de groupes phénoménale, le FC Bâle affrontera Manchester City, leader de Premier League, en huitième de...

  11.12.2017 23:58

FootballLigue des Champions: avec 7 buts, Liverpool se qualifie pour les 8es de finale, en même temps que Shakhtar et PortoLigue des Champions: avec 7 buts, Liverpool se qualifie pour les 8es de finale, en même temps que Shakhtar et Porto

Top