08.09.2019, 22:19

Football: le match Suisse - Gibraltar en trois points

chargement
Edimilson Fernandes tire au but malgré l'opposition de Louie Annesley.

Equipe de Suisse La Suisse s'impose contre Gilbraltar au stade de Tourbillon, 4-0. Elle reprend deux points au Danemark avant leur confrontation directe programmé le 12 octobre à Copenhague.

La Suisse fait le travail contre Gibraltar, Elle s’impose sans difficulté au stade de Tourbillon, 4-0. Cette victoire se construit aussi sans panache face à l’un des plus faibles visiteurs accueillis sur les pelouses helvétiques au cours des dernières années. Dix minutes de pression plus intense lui suffisent pour inscrire trois buts en fin de première période. A l’exception de ce bref intervalle, son manque de réalisme l’empêche de s’envoler au tableau d’affichage. Ce qui ne l’empêche pas d’aborder les finales du mois d’octobre avec deux finales de rang face au Danemark le 12, puis contre l’Irlande le 15, avec des perspectives très favorables. Elle pointe à trois longueurs des Irlandais et à une seule unité des Scandinaves avec un match de moins. Les deux premiers classés se qualifieront pour l’Euro 2020. 

La finition : la Suisse vendange avant l’heure

Les Danois avaient secoué à six reprises les filets de l’équipe de Gibraltar jeudi soir. Les Scandinaves avaient signé cette performance sur la pelouse de leur adversaire. La Suisse se contente de deux buts de moins contre le même contradicteur. A domicile cette fois. Les joueurs de Vladimir Petkovic ouvrent les vendanges avec plusieurs jours d’avance. La majorité des acteurs y participent joyeusement, d’Edimilson Fernandes à  Loris Benitos, Breel Embolo, Admir Mehmedi ou Mario Gavranovic. «Nous avons été maladroits devant le but», avoue Embolo. «Nous aurions pu marquer trois ou quatre buts de plus», enfonce Vladimir Petkovic. «Nous ne pourrons pas nous permettre de nous montrer aussi peu efficaces au mois d’octobre», relève-t-il en référence aux matchs décisifs face aux Danois et contre les Irlandais. Ses joueurs se montrent particulièrement peu inspirés sur les balles arrêtées. Ils tirent 22 coups de coin. Ils en exploitent un seul. Celui qui permet à Denis Zakaria d’ouvrir la marque avec la complicité du gardien remplaçant du visiteur. C’est insuffisant à ce niveau de compétition. 

A lire aussi : La Suisse retrouve un environnement plus paisible

Le dossier : Xherdan Shaqiri, question toujours ouverte

Contre une équipe arc-boutée contre sa surface de réparation, la Suisse manque de tranchant offensif. De créativité aussi. L’ombre de Xherdan Shaqiri plane sur le stade de Tourbillon. Moins vive que lors du match contre les Irlandais jeudi, mais présente tout de même. «Je ne répondrai pas aux questions sur ce sujet», contre Vladimir Petkovic, le sélectionneur. «Les joueurs et moi avons le droit de couper avec lui désormais.» Yann Sommer se montre plus prolixe que son entraîneur en zone mixte. «Il est totalement faux de prétendre que Xherdan ne vient pas en sélection parce qu’il n’est pas capitaine. Xherdan, Granit Xhaka ou moi sommes des leaders. Nous pouvons assumer cette charge. Savoir qui porte le brassard n’est même pas un thème entre nous.» Vladimir Petkovic se déplacera-t-il pour rencontrer le joueur de Liverpool avant les échéances d’octobre ? «Nous devons tout mettre en œuvre pour réussir les deux matchs au programme», se contente-t-il de préciser.

 

 

Le classement : deux points piqués au Danemark

La meilleure nouvelle de la soirée pour la Suisse arrive de Tbilissi. Les Danois lâchent deux points sur le terrain des Géorgiens d’où les Suisses avaient rapatrié la totalité de l’enjeu en ouverture des éliminatoires de l’Euro. 0-0 pour les Scandinaves dimanche soir contre 2-0 pour les joueurs de Vladimir Petkovic au même endroit en mars. Le succès contre Gibraltar replace les Helvètes à une longueur du Danemark avec un match de moins au compteur. «C’est très bien pour nous», apprécie Breel Embolo. «Que pouvons-nous faire au terme de cette semaine ? Garder la tête en bas parce que nous avons perdu deux points en Irlande ?  Il ne faut pas oublier que la saison vient de commencer. Les débuts n’ont pas été simples pour tout le monde. Cela complique la tâche du sélectionneur. Le contexte sera différent dans un mois.» Le 12 octobre, le joueur du Borussia Moenchenglabach et ses coéquipiers se rendront à Copenhague pour un match au sommet. Le soufflé Shaqiri devrait retomber dans l’intervalle. «Le groupe a bien vécu tout le temps. Nous étions tranquilles, nous avons fait un bon match en Irlande», assure Mario Gavranovic, auteur du quatrième but face à Gibraltar. 

 

Edimilson Fernandes, le rendez-vous manqué avec le but
Edimilson Fernandes assure la présence valaisanne sur le terrain contre Gibraltar. Il donne une continuité  au football treize étoiles dont au moins l’un des représentants avait toujours foulé la pelouse lors des rencontres précédemment disputées par l’équipe nationale au stade de Tourbillon. L’ancien junior du FC Sion fête sa douzième sélection avec une titularisation. Son premier but international lui échappe. Les occasions ne manquent pas. Dayle Coleing repousse son tir de près (15e).  Il détourne son tir involontaire né d’un tacle rageur (17e). Le joueur de Mayence catapulte le ballon au-dessus de la barre d’une volée prise à dix mètres du but (35e).  «Je ressentais un peu de nervosité en début de match», confie le joueur de Mayence. «C’était la première fois que je jouais à Tourbillon depuis trois ans. Je me suis libéré de cette tension ensuite. J’aurais pu mettre deux goals au moins. Le ballon n’est pas entré. Ce sera pour la prochaine fois. L’action qui me donne le plus de regret est la première.  Je dois placer le ballon plus à droite, je tire sur le gardien.»
 

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top