31.08.2018, 19:30

Cédric Strahm vit un retour aux sources à la tête du FC Monthey, son club formateur

chargement
Cédric Strahm s'assied pour la première fois sur le banc de touche du FC Monthey, son club formateur.

2e ligue interrégionale Après sept saisons vécues au sein du secteur élite du FC Sion, Cédric Strahm a retrouvé le Chablais. A la tête des juniors C d’abord, puis sur le banc de la première équipe cette saison.

Cédric Strahm revient aux sources. Il s’assied sur le banc du FC Monthey pour sa première saison à la tête d’une formation d’actifs. Elle intervient après sept ans au sein du secteur élite du Fc Sion suivis d’un championnat avec les juniors C montheysans. «Les dirigeants m’avaient déjà approché pour ce poste. Cette fois, j’ai dit oui», résume le technicien qui a frappé ses premiers ballons à quelques centaines de mètres du stade municipal, rebaptisé Philippe Pottier dans l’intervalle. «De grandes places existaient encore dans les quartiers pour jouer au foot», se souvient-il avec bonheur. «J’avais plein de copains italiens et espagnols avec qui nous ne faisions que ça. Un ballon nous accompagnait constamment à l’école pour la récréation. Le soir, les parents devaient nous appeler pour nous faire rentrer.»

Avec Puce, Lamas et Tejeda

Ses coéquipiers d’enfance s’appellent Eduardo Lamas, Daniel Puce ou Julio Tejeda, tous futurs joueurs de la garniture fanion montheysanne. Le foot recueille leurs suffrages malgré les succès du club de basket sur le parquet du Reposieux à portée de rebond de leurs terrains improvisés. «Nous étions des spectateurs passionnés du basket, mais pas des acteurs. Nous filions à la salle dès que nous avions pris la douche après notre match du week-end. Même si la taille ne fait pas tout, la mienne me permettait difficilement d’envisager un avenir sur un parquet.» A 16 ans, le jeune Montheysan s’offre une escapade chez le voisin de l’US Collombey-Muraz où il se frotte au football des actifs. «A ce moment-là, j’ai préféré cette option à celle des juniors Inter à Monthey.» 

A lire aussi: FC Monthey: Cédric Strahm remplace Olivier Curdy

Les soirées fondue de Dominique Garrone

Il y découvre l’approche particulière de Dominique Garrone, Goron selon son appellation d’origine incontrôlée. La rumeur affirme que le technicien, entraîneur culte dans le Chablais, n’hésitait pas à remplacer une séance d’entraînement par une soirée fondue durant une semaine suivant une défaite. «Cette manière de faire n’est pas une légende. Je l’ai vécue de l’intérieur. Dominique a une force de rassembleur incroyable. Il parvient à faire adhérer les groupes à ses projets sans être forcément une grande gueule. C’est un atout essentiel pour faire jouer une équipe. S’il se présente un jour pour donner un coup de main dans mon encadrement, je lui dis oui tout de suite.»

En sélection valaisanne jeunesse, il évolue aux côtés d’Olivier Biaggi, de Patrice Schuler ou de Martin Fryand. Des chevilles fragiles freinent la progression du milieu de terrain. «A ce moment-là, les médecins étaient plutôt réticents à opérer des jeunes joueurs de 17 ou 18 ans afin de résoudre ce genre de problèmes.» Le coup d’une semelle adverse au mauvais endroit, puis un faux mouvement le contraignent à deux passages sur le billard. Alors que l’espoir d’une carrière s’éloigne définitivement, il se présente aux examens d’entrée pour une formation universitaire de maître de sport sur les conseils d’un ami. «A 20 ans, je n’avais pas vraiment trouvé ma voie. Ce vécu me montre combien un choix est difficile à faire à 15 ans ou à 16 ans pour les jeunes aujourd’hui. Cela dit, je ne regrette pas l’option prise.» Les mathématiques et l’informatique s’ajoutent au fil des années à cette formation de base qui l’a conduit au cycle d’orientation de Collombey-Muraz où il développe la structure sports et études. 

L’influence décisive de Roger Meichtry

Devenir entraîneur ne répond pas à une vocation chez Cédric Strahm, mais il se lance «tout simplement». Il effectue ses premiers pas lorsque la volée de Leni, son fils, se retrouve en quête d’un entraîneur après avoir quitté l’école de football. Le papa s’investit. Il effectue les cours pour l’obtention des diplômes nécessaires. «Roger Meichtry (ndlr: instructeur ASF et ancien directeur technique de l’association cantonale) m’a poussé à continuer alors que je n’avais jamais projeté de devenir entraîneur. Je l’ai vu bosser, sa gestion sur le terrain est une des meilleures que j’ai connues. J’y ai rencontré aussi John Dragani avec qui je suis resté en relation.»

A lire aussi: FC Monthey: l’heure du renouveau avec un nouvel entraîneur

Le Team Valais, puis le FC Sion l’approchent rapidement pour intégrer l’encadrement des équipes de jeunes. L’aventure sédunoise se prolonge de 2010 à 2017. A la tête des moins de 18 ans et des moins de 21 ans, il collabora avec les entraîneurs de l’équipe professionnelle. «L’expérience avec Peter Zeidler m’a beaucoup apporté. Ce qu’il proposait me correspond bien. J’ai apprécié cette relation comme celle avec Bruno Pascale ou avec Didier Tholot. Christian Constantin m’avait demandé de reprendre les moins de 18 ans. J’ai décliné parce que je préfère travailler avec des joueurs plus avancés dans leur formation.» Il occupe la saison dernière le banc de touche des juniors C de Monthey où évolue Leni. «Mon caractère de compétiteur m’avait incité à fixer des objectifs élevés. Nous les avons atteints avec deux titres.» Il les poursuit désormais à l’étage supérieur.

 

 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Sport Hebdo

Ne ratez plus rien de l'actu sportive!

Recevez chaque dimanche un résumé de l'actu sportive régionale, nationale et internationale !

Recevez chaque dimanche un résumé de l'actu sportive régionale, nationale et internationale !

À lire aussi...

FootballFootball – Ligue des champions: finaliste de la dernière édition, le PSG se plante d’entréeFootball – Ligue des champions: finaliste de la dernière édition, le PSG se plante d’entrée

En baisseFC Sion: les mesures sanitaires et la communication insuffisante du club détournent les abonnésFC Sion: les mesures sanitaires et la communication insuffisante du club détournent les abonnés

RetourFootball: Daniel Follonier n'est plus un SDF de la Swiss Football LeagueFootball: Daniel Follonier n'est plus un SDF de la Swiss Football League

ligues inférieuresCovid-19: l’Association valaisanne de football instaure de nouvelles directivesCovid-19: l’Association valaisanne de football instaure de nouvelles directives

ExpressFootball: les Valaisans en exil – Le voyage pour rien de Raphaël Wicky, le retour d’Edimilson Fernandes et la course en tête des ValaisannesFootball: les Valaisans en exil – Le voyage pour rien de Raphaël Wicky, le retour d’Edimilson Fernandes et la course en tête des Valaisannes

Top