26.03.2018, 19:00

Quand la lumière, pour certains sportifs, ne s'allume que tous les quatre ans...

Premium
chargement
Christophe Spahr, journaliste au Nouvelliste.

time-out Théo Gmür, triple champion paralympique à PyeongChang, est l'incarnation même de ces sportifs à la gloire éphémère que l'on adule et met en lumière qu'une fois tous les quatre ans. Alors que leur investissement ne faiblit pas d'une saison à l'autre. La chronique de Christophe Spahr, responsable des sports au «Nouvelliste».

Le hockey valaisan doit surfer sur sa cote de popularité

Trois mille spectateurs à Sierre, en quatrième division, un bon millier à Martigny, en cinquième division, près de 400 spectateurs pour un match de novices, qui ne concerne généralement que les parents de ces jeunes, le constat est là. Le hockey est populaire en Valais. Ce n’est...

À lire aussi...

première ligueSierre, promu en Swiss Regio League, a eu un peu de réussite dans ses malheursSierre, promu en Swiss Regio League, a eu un peu de réussite dans ses malheurs

FreerideMarie Bovard s'impose à Kappl pour sa première participation aux championnats du monde juniors de FreerideMarie Bovard s'impose à Kappl pour sa première participation aux championnats du monde juniors de Freeride

Coupe du mondeTélémark: Nicolas Michel remporte le grand globe de cristalTélémark: Nicolas Michel remporte le grand globe de cristal

NendazThéo Gmür - Jacques Blanc: la rencontre de deux champions paralympiquesThéo Gmür - Jacques Blanc: la rencontre de deux champions paralympiques

Jeux OlympiquesSion: le Conseil d'Etat et le public font la fête aux athlètes engagés aux Jeux de PyeongChangSion: le Conseil d'Etat et le public font la fête aux athlètes engagés aux Jeux de PyeongChang

Top