Le FC Sion marche sur le toit du monde

chargement

Performance Le FC Sion marche sur le toit du monde. Non, ce n'est pas un poisson d'avril mais plutôt une réalité virtuelle avec la qualification du club sédunois pour les quarts de finale de l'Ultimate QuaranTeam.

 01.04.2020, 18:38
Fabio Pechlaner, alias "Cobra", est un Zurichois de 19 ans. Il défend les couleurs du FC Sion avec des manettes.

Grâce à l'habileté de Fabio Pechlaner aux manettes, le FC Sion a successivement éliminé les Orlando Pirates, Southend United, Newcastle et le PSV Eindhoven. Ce jeudi à 19 heures, ce Zurichois de 19 ans qui suit une formation d'électricien et que l'on surnomme désormais "Cobra" comme l'avait été le légendaire boxeur américain Donald Curry défiera Wolverhampton. "Le joueur qui défend les couleurs de Wolverhampton est l'un des cinq meilleurs au monde», glisse Fabio Pechlaner. Mais je veux y croire. Je me sens capable de battre n'importe qui.»

2000 francs de salaire par an

Recruté l'été dernier par le FC Sion pour un contrat annuel qui se chiffre autour de 2000 francs, Fabio Pechlaner semble vraiment en mesure de déjouer tous les pronostics. Les sites des paris sportifs qui proposent ce tournoi à une clientèle sevrée de sport en ces temps de confinement l'ont toujours considéré comme un outsider. Ainsi pour le match de jeudi, il est coté à 3,6 contre 1,8 à son adversaire. Il convienr de préciser que "Cobra" est également aux manettes pour les matches de l'équipe de Suisse qui ont fait l'objet d'une retransmission très récente sur le site de la SRF. «Je suis classé seulement entre la 800e et la 2000e place dans la hiérarchie mondiale», souligne Fabio Pechlaner. «Je n'ai pas joué suffisamment de tournois pour figurer plus haut dans le classement. Mais encore une fois, je crois en mes chances. Je suis très à l'aide dans ce tournoi qui se joue sur le mode 85, c'est-à-dire que tous les joueurs, s'ils conservent leurs caractéristiques, ont la même valeur sur le terrain.»

Il ne veut pas jouer avec les neuf joueurs licenciés

Cela signifie que l'efficacité de Robert Uldrikis sera jeudi soir la même que celle de Moutinho dans le camp adverse. Le parcours de Fabio Pechlaner dans cet Ultimate QuaranTeam redonne quelque peu des couleurs à un FC Sion qui traverse sur le plan sportif une saison marquée par bien des turbulences. La dernière - la mise à l'écart de neuf joueurs de la première équipe - a eu une incidence sur les avant-matches de Fabio Perlachner. «Le jeu FIFA sur lequel nous jouons n'a pas encore acté les décisions du club», dit-il. «Je dois donc écarter de ma feuille de match les neuf joueurs licenciés.»

A lire aussi : Foot: «Je suis déçu et choqué par ce qui a été écrit sur le comportement des joueurs», lâche Johan Djourou

A la question de savoir si cette mesure a été prise en raison d'une pression venue de la présidence, Fabio Pechlaner assure qu'il a arrêté "seul" cette décision. «Pour être crédible, il faut coller à la réalité du moment», assure-t-il.


 

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Sport Hebdo

Ne ratez plus rien de l'actu sportive!

Recevez chaque dimanche un résumé de l'actu sportive régionale, nationale et internationale !

Recevez chaque dimanche un résumé de l'actu sportive régionale, nationale et internationale !

À lire aussi...

En continuSport Valais Express: un premier podium au scratch en rallye pour Jonathan MichellodSport Valais Express: un premier podium au scratch en rallye pour Jonathan Michellod

parole d’expertsLa chronique de Jean-Pierre Egger: «La motivation au cœur de la performance»La chronique de Jean-Pierre Egger: «La motivation au cœur de la performance»

EspoirsEscalade: les grimpeurs entament la saison avec une petite pensée pour les JO 2024Escalade: les grimpeurs entament la saison avec une petite pensée pour les JO 2024

SoulagementCoronavirus: «C’est reparti, le téléphone ne cesse de sonner», se réjouissent les centres sportifsCoronavirus: «C’est reparti, le téléphone ne cesse de sonner», se réjouissent les centres sportifs

time-outFC Sion: des mots durs qui trahissent des maux profondsFC Sion: des mots durs qui trahissent des maux profonds

Top