07.10.2019, 19:00

En sport, les histoires d’amour finissent toujours à l’amiable

Premium
chargement
Christophe Spahr, responsable des sports au Nouvelliste.

time-out Quel que soit le sport, les histoires se terminent toujours «à l’amiable» ou «d’un commun accord» selon les termes consacrés et largement diffusés. L’idylle entre le FC Sion et Valon Behrami, même aussi courte, n’a pas dérogé à la règle. Pourquoi est-ce bien plus compliqué dans la vraie vie où il n’y a pas moins d’intérêts financiers en jeu, souvent? La chronique de Christophe Spahr, responsable des sports au «Nouvelliste».

Tennis: Stan Wawrinka n’a pas de compte à rendre

Ok, c’est vrai que les images «volées» – vraiment? – d’un joueur de tennis professionnel, visiblement bien éméché, deux bouteilles de champagne dans chaque main, de jolies filles à proximité, au bord et même à l’intérieur de la piscine d’un hôtel monégasque de luxe prêtent à la controverse. D’ailleurs,...

Top