Le #prixalpiq pour une gestion durable de l'eau

chargement

Eau Alpiq, en partenariat avec l’Association des communes concédantes du Valais (ACC), lance le #prixalpiq. Ce prix incite à une réflexion collective autour d’une gestion durable de l’eau. Une occasion pour la productrice d’électricité de parler de l’eau au sens large, bien au-delà de l’eau génératrice d’énergie.

 20.09.2021, 08:11
Partenaire

En octobre prochain, dans le cadre du premier #prixalpiq, la productrice d’électricité et prestataire de services énergétiques Alpiq récompensera deux projets qui valorisent, préservent et optimisent l'utilisation de la ressource eau dans une optique de durabilité.

Pourquoi une société comme Alpiq lance-t-elle ce prix ? Parce que pour l’entreprise active dans l’hydroélectricité depuis plus d’un siècle, préserver l'eau, et plus largement l'environnement, est un impératif de survie. « Nous espérons que ce prix fera émerger des solutions pérennes et novatrices, qui aideront les acteurs de l’eau dans leur engagement en faveur d’une gestion efficiente et durable de la ressource, introduit Amédée Murisier, Responsable production hydraulique chez Alpiq. Alpiq souhaite avoir, autour de ce vaste sujet qu’est l’eau, une vision responsable et de long terme. » 

Une ressource naturelle à protéger

Pour la productrice d’électricité, l’eau est bien sûr une source d’énergie. Mais elle n’est pas que cela. L'eau est essentielle à l'agriculture, aux loisirs ou encore au tourisme. Lorsqu'il est question d'eau, il est aussi question d'eaux usées et de pollution. « En tant qu’usager de cette ressource, nous devons nous poser maintenant les bonnes questions, estime Amédée Murisier. L’ensemble des protagonistes doit comprendre les enjeux globaux liés à l’eau. »

Dans un contexte général en pleine mutation, la réflexion doit être globale et collective.  « L’utilisation de l’eau doit être raisonnée, insiste Amédée Murisier. Nous savons déjà que les qualités de l’hydroélectricité perdureront sur les cent prochaines années. L’avenir de cette ressource est lui, en revanche, beaucoup plus incertain. » 

Une urgence climatique à gérer

La situation actuelle est en effet très complexe : d’un côté, les besoins en eau sont toujours plus importants ; de l’autre, cette ressource naturelle est de moins en moins accessible. Les usages de l'eau s’intensifient alors que les changements climatiques rendent sa présence plus aléatoire. En Suisse, une hausse notable des températures est déjà observée. Le pays ne devrait pas manquer d’eau mais il sera très probablement confronté à des situations plus extrêmes de sécheresse et d’abondantes précipitations, rendant la gestion de l’eau plus difficile.

Le #prixalpiq a finalement été créé pour cela : faire bouger les lignes et faire avancer les discussions. « Nous allons tous ensemble devoir trouver des idées, des concepts, des lois même, pour réguler l’utilisation de cette ressource naturelle, conclut Amédée Murisier. Nous devons tous être conscients aujourd’hui que nous devons faire ensemble des arbitrages pour demain.»


Une entreprise qui mise sur la durabilité

Alpiq est productrice d’électricité et prestataire de services énergétiques. La société se doit de penser avenir, approvisionnement électrique et énergies renouvelables. Leader en Suisse, elle évolue dans un contexte en perpétuel mouvement, dans lequel les acteurs sont nombreux et les engagements vis-à-vis de la durabilité et de l’écologie indispensables.

Alpiq a un rôle important à jouer dans l’hydroélectricité bien sûr, mais plus largement dans la stabilité et la durabilité du système énergétique en Suisse. « De nouvelles technologies sont en permanence intégrées dans nos activités, souligne Amédée Murisier, Responsable production hydraulique chez Alpiq. Nous travaillons au développement de l’hydroélectricité et à son interaction avec les autres énergies renouvelables. Nous veillons à avoir une utilisation toujours plus responsable des ressources nécessaires à la production d’énergie. »

Le renouvellement des concessions hydroélectriques représente un défi et une opportunité pour Alpiq. Elle doit informer et accompagner, tout en se basant, pour avancer, sur les expériences passées. « Notre rôle dans ce domaine va évoluer lors des renouvellements, estime Amédée Murisier. Alpiq souhaite élargir la discussion au-delà de la stricte propriété des ouvrages, autour des rôles de chacun des acteurs impliqués, afin de trouver un modus vivendi. Nous devons avoir une mentalité d’exportateur. Le Valais produit trois fois plus d’électricité qu’il n’en consomme. Si nous voulons jouer notre rôle de « batterie de l’Europe », nous devons trouver des appuis et des relais hors des frontières cantonales. »

50'000 CHF pour la première édition du #prixalpiq !

Pour sa première édition, le #prixalpiq récompensera deux projets, portés par des communes valaisannes, qui favorisent une utilisation durable de l’eau. Le jury composé de douze personnalités distinguera un projet gagnant et un projet coup de cœur.

A la clé pour le meilleur projet : 40'000 CHF, répartis entre des espèces (minimum 20'000 CHF) et du coaching, en fonction de la nature du projet. Le « Coup de cœur du Jury » recevra lui 10’000 CHF en espèces.

Une cérémonie, organisée le 1er octobre prochain dans le cadre de la Foire du Valais, dévoilera les noms des lauréats. 

Pour en savoir plus sur le #prixalpiq, rendez-vous sur www.prixalpiq.ch.


  Réagir à cet article
Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Au quotidienDouleurs chroniques: quand le mal ne se fait jamais la malleDouleurs chroniques: quand le mal ne se fait jamais la malle

Chronique santéY a-t-il une collecte de données sur le cancer en Valais?Y a-t-il une collecte de données sur le cancer en Valais?

Des rituels d’information à recréerDes rituels d’information à recréer

EauLe projet récompensé réduit les besoins en eau de l’agriculture localeLe projet récompensé réduit les besoins en eau de l’agriculture locale

ValaisPrise en charge de l’autisme: des ressources, mais beaucoup de défisPrise en charge de l’autisme: des ressources, mais beaucoup de défis

Top