02.05.2018, 07:02

La pollution de l'air provoque environ 7 millions de décès par an

chargement
Plus de 3 milliards de personnes, soit 40% de la population, utilisent encore des poêles et des carburants aux fumées potentiellement mortelles dans leurs maisons.

santé Mercredi, la directrice de la santé publique de l'OMS, Maria Neira, a tiré la sonnette d'alarme. La pollution de l'air fait 7 millions de morts par an et c'est "inacceptable". Les pauvres et marginalisés sont les plus touchés, ils vivent principalement en Asie et Afrique.

La pollution de l'air est toujours très mortelle dans le monde, alors qu'elle touche 90% de la population mondiale. Elle provoque environ 7 millions de décès par an, selon de nouvelles données publiées mercredi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

"La pollution de l'air nous menace tous, mais les plus pauvres et les plus marginalisés subissent la plus grande part du fardeau", affirme le directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus. Cette question constitue "l'un des défis les plus importants pour la santé publique", a déclaré devant la presse la directrice de la santé publique au sein de le l'OMS Maria Neira.

 

 

Plus de 3 milliards de personnes, soit 40% de la population, utilisent encore des poêles et des carburants aux fumées potentiellement mortelles dans leurs maisons. "C'est inacceptable", affirme encore M. Tedros. L'accès à des technologies propres augmente partout dans le monde mais les améliorations ne sont pas en ligne avec la hausse de la population.

La pollution extérieure est responsable à elle seule de 4,2 millions de décès, selon les données qui portent sur plus de 4300 villes dans 108 pays en 2016. Alors que celle à l'intérieur des habitations en provoque 3,8 millions. Un million de décès peuvent être attribués à la fois à ces deux types de problèmes.

Asie et Afrique devant

Autre indication, plus de 90% des décès ont toujours lieu dans les pays à revenus bas ou intermédiaires. L'Asie et l'Afrique devancent l'Est de la Méditerranée, l'Europe et le continent américain.

La pollution constitue un facteur de risque critique qui favorise les maladies non transmissibles. Les données rassemblent à la fois les concentrations annuelles moyennes de particules PM2,5, les plus menaçantes, et PM10.

L'OMS recommande aux Etats de réduire la pollution de l'air à 10 microgrammes/m3 par an pour les PM2,5 et 20 microgrammes/m3 par an pour les PM10. La plupart des grandes villes dépassent ces indicateurs "de plus de cinq fois", dit Mme Neira.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

PollutionEnvironnement: Londres va interdire les pailles en plastique pour combattre la pollutionEnvironnement: Londres va interdire les pailles en plastique pour combattre la pollution

PollutionLa Chine est en train de remporter sa guerre contre la pollution, affirme une étudeLa Chine est en train de remporter sa guerre contre la pollution, affirme une étude

PollutionEnvironnement: la "pollution" suisse est produite pour deux tiers à l'étrangerEnvironnement: la "pollution" suisse est produite pour deux tiers à l'étranger

environnementPollution: l'incroyable empreinte carbone des sandwichesPollution: l'incroyable empreinte carbone des sandwiches

smogInde: un brumisateur géant contre la pollution à New DelhiInde: un brumisateur géant contre la pollution à New Delhi

Top