19.12.2019, 12:03

Pour Vladimir Poutine, "personne ne connaît les causes du changement du climat mondial"

chargement
Vladimir Poutine est conscient que le réchauffement pourrait avoir des conséquences catastrophiques sur certaines villes russes bâties sur le permafrost.

sceptique Vladimir Poutine tenait ce jeudi sa traditionnelle conférence de presse annuelle. Il y a évoqué le réchauffement climatique. Pour le président russe, l'influence humaine n'est pas prouvée. Mais il insiste tout de même pour que tous les efforts soient entrepris pour freiner ce changement.

Personne ne peut dire avec certitude à quoi est dû le changement climatique, a affirmé jeudi le président russe Vladimir Poutine. Il a remis en question le quasi-consensus scientifique sur la responsabilité humaine.

"Personne ne connaît les causes du changement du climat mondial. Nous savons que notre Terre a connu des périodes de réchauffement et de refroidissement et cela peut dépendre de processus dans l'univers", a-t-il dit lors de sa traditionnelle conférence de presse annuelle.

"Un petit changement d'angle de rotation de la Terre autour du Soleil peut conduire - et a déjà mené dans le passé - la planète à des changements sérieux, colossaux de climat avec des conséquences dramatiques", a ajouté le chef de l'Etat russe. M. Poutine a jugé qu'"évaluer l'influence que peut avoir l'humanité contemporaine" sur le climat est "très difficile, voire même pas possible".

Nous devons faire le maximum d'efforts pour que le climat ne change pas de manière dramatique.
Vladimir Poutine, président de la Russie

Il a cependant réaffirmé l'engagement de réduction des émissions de gaz à effet de serre de son pays et le respect de l'accord de Paris sur le climat. "Ne rien faire n'est pas non plus une solution, et sur ce point je suis d'accord avec mes collègues (chefs d'Etat). Nous devons faire le maximum d'efforts pour que le climat ne change pas de manière dramatique", a-t-il dit.

Il a néanmoins relevé que la Russie était particulièrement exposée à un réchauffement. "C'est un processus très sérieux pour nous (...) Des villes entières sont bâties sur le permafrost, imaginez les conséquences" en cas de fonte massive, a-t-il souligné.

Ce n'est pas la première fois que le président russe fait des remarques laissant entendre que l'activité humaine n'est pas la principale cause du changement climatique. Chef d'un Etat grand producteur d'hydrocarbures, il a aussi mis en garde en novembre contre les appels, en Europe en particulier, à renoncer aux énergies fossiles.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

environnementClimat: l'initiative pour les glaciers a abouti, les Suisses voterontClimat: l'initiative pour les glaciers a abouti, les Suisses voteront

MécontenteClimat: la délégation suisse regrette l’accord minimal adopté lors de la COP25Climat: la délégation suisse regrette l’accord minimal adopté lors de la COP25

ReconnaissanceClimat: Greta Thunberg personnalité de l’année du magazine TimeClimat: Greta Thunberg personnalité de l’année du magazine Time

environnementClimat: le Genevois Didier Queloz, récent Nobel de physique, demande des mesures urgentesClimat: le Genevois Didier Queloz, récent Nobel de physique, demande des mesures urgentes

diplomatieSuisse/Russie: Ueli Maurer reçu par Vladimir Poutine à MoscouSuisse/Russie: Ueli Maurer reçu par Vladimir Poutine à Moscou

Top