08.09.2015, 17:02

Liban: gigantesque manifestation contre le pouvoir corrompu à Beyrouth

chargement
Une manifestation sans précédent à Beyrouth.

Liban Des dizaines de milliers de Libanais ont exprimé samedi à Beyrouth leur ras-le-bol contre une classe politique jugée corrompue et incapable d'offrir les services de base. Une des plus grandes manifestations jamais organisée par la société civile.

"Nous ne pouvons pas encore estimer le nombre de manifestants mais c'est sûrement plus que nous l'espérions", a déclaré à l'AFP un des organisateurs, Lucien Bourjeily. Un autre responsable Assaad Thebian avait auparavant tablé sur 50'000 personnes.

La Place des Martyrs, lieu emblématique de la capitale depuis la guerre civile qui a déchiré le pays de 1975 à 1990, était noire de monde avec une foule de drapeaux libanais.

"Que tombe le pouvoir des corrompus, à commencer par les députés", "Bye, bye aux corrompus", scandait notamment la foule, exprimant son rejet des politiciens, absents du rassemblement. Des manifestants arboraient un T-shirt blanc portant le slogan "Vous puez", d'autres des drapeaux libanais sur lesquels on pouvait lire "On en a marre".

Crainte d'incidents

Le rassemblement s'est déroulé dans une atmosphère détendue mais après la dispersion, un groupe de jeunes masqués, torse nu, s'est déplacé vers la place Riad al-Solh, qui mène au bureau du Premier ministre. Ils ont déplacé une rangée de barbelés, mis le feu à des déchets et jeté des pierres et différents projectiles en direction des forces de sécurité qui n'ont pas réagi dans l'immédiat.

Pour éviter que ne se répètent les violences survenues lors des premières manifestations une semaine plus tôt et imputées à des "fauteurs de troubles", les organisateurs ont constitué un service d'ordre de 500 membres. La police a de son côté accroché sur la place une banderole affirmant: "Nous sommes parmi vous, pour vous, pour vous protéger".

Ras-le-bol général

Organisée par le collectif "Vous puez", la campagne de protestation a commencé avec la crise des ordures provoquée à la mi-juillet par la fermeture de la plus grande décharge du Liban et l'amoncellement des déchets dans les rues.

Mais cette mobilisation illustre surtout le ras-le-bol d'une population contre la corruption endémique, le dysfonctionnement de l'État et la paralysie des institutions politiques.

Vingt-cinq ans après la fin de la guerre, l'électricité est rationnée et chaque été l'eau vient à manquer dans de nombreuses régions à cause du manque de barrages alors que le Liban est le pays le plus arrosé du Moyen-Orient.

"Tous sans exception"

"Le mot d'ordre de la manifestation sera 'tous sans exception', car nous sommes contre toute la classe politique", avait déclaré avant le rassemblement Lucien Bourjeily.

Les responsables ont détaillé leurs exigences: démission du ministre de l'Environnement Mohammad Machnouk, transfert de la collecte des déchets aux municipalités, jugement des auteurs des violences du weekend dernier dont le ministre de l'Intérieur Nohad Machnouk et tenue d'élections législatives et présidentielles.

"Nous donnons au gouvernement 72 heures. Mardi soir, si nos demandes ne sont pas satisfaites, nous irons vers l'escalade", a affirmé à la foule un des organisateurs, sans dire à quoi il faisait allusion.

Depuis le dernier scrutin de 2009, le Parlement a prolongé à deux reprises son mandat et les députés se sont montrés incapables d'élire un président de la République, poste vacant depuis mai 2014.

Unité sans précédent

Dans ce pays profondément divisé où le système politique est basé sur une répartition confessionnelle des postes, le caractère unitaire de cette manifestation en fait un rassemblement sans précédent, d'ailleurs diffusé par les chaînes de télévision de tous bords.

Pour le célèbre chanteur Ghassan Saliba, "ce qui se passe aujourd'hui est totalement inédit". "Dans le passé c'était un dirigeant politique qui appelait à manifester. Aujourd'hui, ce sont les Libanais de toutes les confessions qui descendent car tout le monde a mal".

Des analystes ont souligné cette fracture entre la population et ses dirigeants. "Ce qui se passe aujourd'hui est différent de tout ce que nous avons vu. Ce mouvement n'est lié à aucun mouvement politique. On n'avait jamais vu ceci dans le passé. Le mouvement a été capable d'unifier les gens dégoûtés par les politiciens", note Jad Chaaban, professeur d'économie à l'Université américaine de Beyrouth.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
En directCoronavirus: 14'336 cas testés positifs en Suisse, 257 personnes décédéesCoronavirus: 14'336 cas testés positifs en Suisse, 257 personnes décédées

live
En directCoronavirus: toutes les nouvelle du samedi 28 marsCoronavirus: toutes les nouvelle du samedi 28 mars

PANDÉMIECoronavirus: le Cervin se montre solidaire avec l'ItalieCoronavirus: le Cervin se montre solidaire avec l'Italie

PANDÉMIECoronavirus: la situation se tend au sud de l'ItalieCoronavirus: la situation se tend au sud de l'Italie

PandémieCoronavirus: les humains sont confinés, les animaux respirentCoronavirus: les humains sont confinés, les animaux respirent

Top