Les essais nucléaires ont touché la Polynésie par le passé

chargement

Nucléaire La Polynésie française a été largement touchée par les essais nucléaires conduits par la France entre 1966 et 1974. Des documents dévoilés mercredi indique que des retombées massives de plutonium ont touché Tahiti.

  03.07.2013, 16:45
Les tests des Français en Polynésie ont provoqué des retombées massives de plutonium en Polynésie.

L'ensemble de la Polynésie française a été exposé aux radiations des essais nucléaires conduits par la France entre 1966 et 1974. Ceux-ci ont provoqué des retombées massives de plutonium sur Tahiti, selon des documents de l'armée dévoilés mercredi par Le Parisien-Aujourd'hui en France.

En janvier, la commission du secret de la Défense nationale a rendu un avis favorable à la déclassification de 58 documents portant sur les tirs nucléaires réalisés par la France en Polynésie sur cette période.

L'armée avait reconnu en 2006 que l'un des tirs du 17 juillet 1974 avait provoqué des retombées jusqu'à Tahiti, l'île la plus peuplée de Polynésie, sans donner plus des précisions.

500 fois la concentration admissible

Les retombées sous forme de pluie de ce tir sur Tahiti les 19 et 20 juillet "contenaient du plutonium, l'élément le plus dangereux pour la santé", écrit Le Parisien.

La radioexposition au plutonium a été de "500 fois la concentration maximale admissible en une heure", selon le quotidien qui fait également état d'une zone radioactive plus importante que ce qui a été annoncé par l'Etat.

"Les documents déclassifiés permettent de chiffrer à plus de 350 le nombre de retombées radioactives sur l'ensemble de la Polynésie", indique Le Parisien.

Militaires aussi exposés

Pour la première fois, les documents de l'armée indiquent également que des militaires de l'armée française ont été exposés à ces radiations.

Environ 150'000 personnes ont participé en tant que personnel civil et militaire aux 210 essais nucléaires français réalisés dans le Sahara algérien entre 1960 et 1966 puis en Polynésie française entre 1966 et 1974.

En 2004, le pôle Santé publique du tribunal de Paris a ouvert une enquête pour "homicide involontaire, atteinte à l'intégrité physique et administration de substance nuisible", à la suite d'une plainte de l'Association des vétérans des essais nucléaires français (Aven).


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

PandémieCoronavirus: comment les entreprises allemandes se préparent à vacciner massivement leurs salariésCoronavirus: comment les entreprises allemandes se préparent à vacciner massivement leurs salariés

FermeFrance: la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron sera sécuritaireFrance: la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron sera sécuritaire

France: la campagne sera sécuritaire

Le président Emmanuel Macron sait que la sécurité jouera un grand rôle dans son éventuelle réélection. C’est pourquoi...

  23.04.2021 06:42
Premium

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du 22 avrilCoronavirus: toutes les nouvelles du 22 avril

DrameEffondrement du pont de Gênes: enquête accablante pour le concessionnaireEffondrement du pont de Gênes: enquête accablante pour le concessionnaire

SantéUne entreprise française propose un congé menstruel à ses employées, une premièreUne entreprise française propose un congé menstruel à ses employées, une première

Top