La reconstitution du naufrage du Titanic a débuté à bord du Journey

chargement

Naufrage du Titanic Sur le Journey venu de New York sur le lieu du naufrage du Titanic, la reconstitution prend forme.

Par ats/afp
  15.04.2012, 13:47
1/13  

La reconstitution du naufrage du Titanic a commencé dans la nuit de samedi à dimanche à bord du Journey, le bateau de croisière venu de New York sur le site de la catastrophe, selon des images transmises par la chaîne publique canadienne CBC.

Exactement un siècle plus tard, les 440 passagers ont vécu la répétition du message du capitaine annonçant que le Titanic avait heurté un iceberg. Puis ils devaient entendre la lecture de messages de détresse successifs, transmis en morse et captés d'abord par un poste canadien de Cap Race sur l'île de Terre-Neuve.

Les premiers donnaient simplement sa position et annonçaient : "Nous avons heurté un iceberg". Mais, un quart d'heure plus tard, Titanic demande "des secours immédiats". Puis au bout d'une heure il annonce: "Nous évacuons les femmes dans les canots de sauvetage".

Le dernier message, reçu à 0h27 heure locale était brouillé et s'est interrompu brusquement, puis le Titanic s'est tu définitivement.

Par ailleurs, les passagers du Journey ont appris que le radar du bateau de croisière a détecté un navire militaire canadien tout près du lieu où le Titanic repose par 3800 mètres de fond.

Un autre bateau de croisière, le Balmoral, parti de Southampton comme le Titanic, était également attendu sur le site du naufrage.

 

 

 

Fleurs jetées à la mer qui avait englouti le Titanic, fusées de détresse sur le port canadien d'Halifax où reposent de nombreuses victimes, cérémonie à Belfast, en Ulster, où avait été construit le paquebot géant: cent ans après le naufrage, le drame était commémoré ce week-end des deux côtés de l'Atlantique.

Quatre cent quarante passagers du Journey, un bateau de croisière venu de New York, ont vécu dans la nuit de samedi à dimanche la reconstitution de la catastrophe à l'endroit même où l'épave brisée en deux du paquebot repose par 3800 mètres de fond.

Un siècle plus tard, à la minute près, les haut-parleurs du bateau ont répété le message d'alerte du capitaine annonçant que le Titanic avait heurté un iceberg, selon une transmission de la chaîne publique canadienne CBC.

Puis sont venus les textes des messages de détresse successifs, transmis en morse. Jusqu'au dernier, brouillé, qui s'est interrompu brusquement. Le Titanic s'est tu définitivement.

Des fleurs dans l'eau glacée

Un autre bateau de croisière, le Balmoral, venu de Southampton et qui retrace le voyage du Titanic depuis l'Angleterre, a rejoint le Journey dans la nuit. Les quelque 1300 passagers, parmi lesquels des descendants de victimes, et les centaines de membres d'équipage ont observé deux minutes de silence.

Trois gerbes ont été jetées du pont dans l'eau glacée au moment même où cent ans plus tôt le paquebot avait sombré, selon des images retransmises par la BBC. Les deux bateaux doivent gagner New York d'ici trois jours.

Le naufrage et ses quelque 1500 tués avaient été symboliques à plus d'un titre: arrogance de l'homme moderne punie par la nature, ségrégation entre les millionnaires en première classe et les immigrants et matelots logés près de la cale, sauvetage des femmes et sacrifice des hommes, voire, pour certains, annonce prémonitoire du déclin de l'empire britannique.

Aussi, sa commémoration a-t-elle pris l'allure d'un événement international, des côtes irlandaises et britanniques à celles de l'Amérique du Nord.

Belfast: parc dédié à la mémoire des victimes

A Belfast, dont les chantiers navals ont été le berceau du Titanic, quelque 300 personnes étaient présentes dimanche à l'ouverture d'un parc dédiée à la mémoire des victimes. Des hommes politiques et des familles des naufragés ont assisté à l'inauguration d'un monument totalisant cinq plaques de bronze portant les noms de plus de 1500 victimes.

A Halifax, capitale de la province canadienne de Nouvelle-Ecosse, le centenaire a rassemblé des milliers de personnes qui se sentaient concernés par le souvenir du Titanic.

Warren Ervine, ingénieur géologue originaire de Belfast, fondateur de la société GeoTech d'Halifax, était parmi ceux qui ont parcouru samedi soir les rues du port canadien, un cierge à la main, derrière une charrette tirée par deux chevaux et transportant un ancien cercueil vide.

Son oncle Albert, le plus jeune membre d'équipage du Titanic - il avait 18 ans et neuf mois -, avait péri dans le naufrage de 1912. "Il y encore a dix ans, je ne savais même pas que mon oncle était membre d'équipage, j'ai cherché son nom sur la liste de passagers", confie-t-il. Puis il a découvert qu'Albert avait sauvé la vie à plusieurs personnes. "Notre oncle était un héros", a-t-il ajouté.

Un phénomène mondial

La fascination pour le Titanic semble un phénomène mondial. Deux jeunes Chinois faisant leurs études à Halifax ont vu le film de James Cameron en Chine il y a quinze ans, quand ils étaient encore à l'école primaire. Dans leur pays "beaucoup de gens connaissent le Titanic et s'y intéressent énormément", a dit l'un des deux étudiants, Carla Wang.

Samedi, à l'issue de la marche aux flambeaux, environ quatre mille personnes, selon les organisateurs, se sont rassemblées, recueillies, devant l'hôtel de ville où une scène en forme de proue du Titanic avait été érigée.

Une "Veillée du Titanic", animée par une vingtaine d'artistes, acteurs et musiciens, a suivi. Toutes les cinq minutes - comme depuis le Titanic et exactement à la même heure - une fusée de détresse est montée vers le ciel.

Dimanche, la ville devait rendre un dernier hommage aux victimes, avec une cérémonie religieuse interconfessionnelle réunissant chrétiens, juifs et musulmans au cimetière de Fairview Lawn, où reposent 121 corps de naufragés.


 
 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

live
directCoronavirus: les tests de masse pourraient être retardés dans les écolesCoronavirus: les tests de masse pourraient être retardés dans les écoles

géopolitiqueAfghanistan: le tandem russo-turc comble le videAfghanistan: le tandem russo-turc comble le vide

live
PandémieCoronavirus: toutes les nouvelles du vendredi 30 juilletCoronavirus: toutes les nouvelles du vendredi 30 juillet

justiceGrande-Bretagne: un tueur en série de chats condamné à cinq ans de prisonGrande-Bretagne: un tueur en série de chats condamné à cinq ans de prison

portraitUn documentaire sur Michael Schumacher sur Netflix en septembreUn documentaire sur Michael Schumacher sur Netflix en septembre

Top