11.08.2018, 18:21

Etats-Unis: un an après Charlottesville, Trump dit condamner le racisme

chargement
Un rassemblement suprémaciste blanc à Charlottesville avait coûté la vie à une militante antiraciste en 2017.

Charlottesville Donald Trump a appelé à l'unité de tous les Américains et dit condamner tout type de racisme. Ses propos interviennent à la veille de l'anniversaire du rassemblement nationaliste blanc qui avait coûté la vie à une militante antiraciste à Charlottesville, en Virginie.

Donald Trump a déclaré samedi qu'il condamnait le racisme sous toutes ses formes à la veille de l'anniversaire d'un rassemblement nationaliste blanc à Charlottesville, en Virginie, qui avait coûté la vie à une militante antiraciste. Il a appelé à l'"unité nationale".

Le président étasunien s'était attiré une vague de critiques dans les jours qui avaient suivi le rassemblement de Charlottesville, le 12 août 2017, pour avoir renvoyé dos-à-dos les suprémacistes blancs à des contre-manifestants et avoir déclaré que "les deux parties" étaient à blâmer.

Samedi, Donald Trump a écrit sur Twitter que les "émeutes" à Charlottesville se sont traduites par "un décès et des divisions absurdes". "Nous devons nous rassembler en tant que nation. Je condamne tous les types de racisme et d'actes de violence. Paix à TOUS les Américains!", clame le milliardaire.

 

Une statue au coeur de la polémique

Les suprémacistes blancs avaient organisé ce rassemblement l'an dernier à Charlottesville pour protester contre la décision de la mairie de déboulonner une statue du général Robert Edward Lee, le chef de l'armée confédérée pendant la guerre de Sécession, dans un parc de la ville. Cette statue était considérée comme un symbole de l'Amérique esclavagiste.

Ce rassemblement suprémaciste avait suscité une contre-manifestation. Pendant celle-ci, un militant néonazi de 20 ans, James Alex Fields, Jr., est accusé d'avoir précipité sa voiture contre un groupe de contre-manifestants, tuant Heather Heyer, 32 ans, et blessant des dizaines de personnes. Il a plaidé non coupable. Son procès devrait commencer en novembre.

 

Importantes mesures de sécurité

L'organisateur de la manifestation suprémaciste de l'année dernière, le nationaliste blanc Jason Kessler, s'est vu refuser l'accès à Charlottesville cette année. Mais il a obtenu l'autorisation de tenir une manifestation dimanche à Washington, en face de la Maison Blanche.

Des contre-manifestations sont également prévues dans le même square Lafayette, devant la résidence présidentielle. Un important dispositif policier sera mis en place, principalement pour empêcher les deux groupes d'entrer en contact.

A Charlottesville, les autorités ont pris d'importantes mesures de sécurité, après avoir été débordées lors des heurts du 12 août 2017.

Le gouverneur de Virginie Ralph Nortam a décrété l'état d'urgence et le quartier piéton du centre-ville, où avaient eu lieu les incidents de l'an dernier, a été cerné de barricades en béton et voitures officielles, avec seulement deux points d'entrée pour les piétons.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Etats-UnisCharlottesville: Gary Cohn, le conseiller économique de Donald Trump, critique la réaction du présidentCharlottesville: Gary Cohn, le conseiller économique de Donald Trump, critique la réaction du président

CharlottesvilleÉtats-Unis: la mère de la femme tuée à Charlottesville refuse de parler à Donald TrumpÉtats-Unis: la mère de la femme tuée à Charlottesville refuse de parler à Donald Trump

CharlottesvilleCharlottesville: le tweet de Barack Obama citant Mandela est devenu le plus «liké» de l'histoireCharlottesville: le tweet de Barack Obama citant Mandela est devenu le plus «liké» de l'histoire

CharlottesvilleÉtats-Unis: pour Donald Trump, les torts des violences de Charlottesville viennent "des deux côtés"États-Unis: pour Donald Trump, les torts des violences de Charlottesville viennent "des deux côtés"

Top