Brexit: le Conseil européen planche sur un report au 22 mai

chargement

Divorce Alors que Theresa May avait demandé aux dirigeants européens de remettre au 30 juin la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, ceux-ci planchaient jeudi sur une extension plus courte. Le Conseil européen s’est engagé à accepter un report jusqu’au 22 mai.

 21.03.2019, 21:31
Dans leur projet, les dirigeants des 27 fixent la date butoir au 22 mai.

Les dirigeants européens planchaient jeudi sur une proposition de report au 22 mai du Brexit. Mais à une condition: le feu vert des députés britanniques «la semaine prochaine» à l’accord de divorce qu’ils ont déjà repoussé par deux fois.

À huit jours de la date prévue pour la sortie britannique de l’Union européenne (UE), le 29 mars, une Theresa May aux abois leur a demandé d’accepter un décalage jusqu’au 30 juin. But: avoir le temps de convaincre ses parlementaires et éloigner le spectre d’un divorce brutal aux lourdes conséquences.

Mais cette extension serait bien trop longue aux yeux des Européens, réunis en sommet jusqu’à vendredi. Dans un projet de conclusions vu par l’AFP, les dirigeants des 27 fixent la date butoir au 22 mai, soit la veille du début des élections européennes.

 

 

«Le Conseil européen s’engage à accepter, avant le 29 mars 2019, un report jusqu’au 22 mai 2019, à condition que l’accord de retrait soit approuvé par la Chambre des Communes (britannique) la semaine prochaine», est-il écrit dans ce texte. «Puisque le Royaume-Uni n’a pas l’intention d’organiser des élections européennes, aucun report n’est possible au-delà de cette date», dit encore ce document.

«Graves risques»

La Commission européenne avait mis en garde contre les «graves risques juridiques et politiques pour l’UE» d’un report au-delà des élections. Car le Royaume-Uni serait tenu d’organiser le scrutin européen même s’il se retire ensuite avant la session inaugurale du Parlement, début juillet.

S’il ne le faisait pas, il mettrait en péril la légalité du nouveau Parlement avec le risque d’une paralysie durable du fonctionnement de l’UE, selon l’exécutif européen.

La première ministre britannique s’est exprimée pendant plus d’une heure devant des dirigeants des 27, lassés des atermoiements britanniques et décidés à poser leurs conditions à un court décalage du divorce. Ils lui ont posé «de nombreuses questions», selon une source européenne. Le président français Emmanuel Macron a mis en garde les Britanniques à son arrivée au sommet: «en cas de vote négatif britannique, nous irions vers un no deal».

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

négociationsTheresa May annonce avoir réclamé à l'UE un report du Brexit jusqu'au 30 juinTheresa May annonce avoir réclamé à l'UE un report du Brexit jusqu'au 30 juin

ROYAUME-UNILe Brexit n’aura  pas lieu le 29 marsLe Brexit n’aura  pas lieu le 29 mars

Le Brexit n’aura pas lieu le 29 mars

Les députés britanniques ont réclamé hier soir un sursis, que les Européens ne vont probablement pas leur refuser.

  15.03.2019 00:01
Premium

criseBrexit: le Parlement britannique rejette le nouveau projet d'accord de Theresa MayBrexit: le Parlement britannique rejette le nouveau projet d'accord de Theresa May

UERoyaume-Uni: moment de vérité pour l’accord de Brexit de Theresa MayRoyaume-Uni: moment de vérité pour l’accord de Brexit de Theresa May

Top