28.11.2019, 18:31

Sciences: l’Agence spatiale européenne vote un budget record

chargement
L'Agence spatiale européenne va pouvoir se tourner vers de nouveaux programmes. (Keystone archives)

Espace L’Agence spatiale européenne à la conquête de l’espace. Un budget record de 14,4 milliards d’euros a été adopté par les 22 pays membres. Une enveloppe conséquente qui permettra de financer de nouveaux programmes spatiaux.

Les 22 pays membres de l’Agence spatiale européenne (ESA) ont voté jeudi un budget de 14,4 milliards d’euros (15,8 milliards de francs), une somme record. Cet argent sera consacré au financement des nouveaux programmes.

«C’est un pas de géant pour l’Europe, cinquante ans après le débarquement sur la Lune», a réagi auprès de l’AFP Jean-Yves Le Gall, le président du CNES, l’agence spatiale française. L’enveloppe est supérieure à la somme initialement proposée par l’ESA à ses Etats membres (14,3 milliards d’euros), s’est félicité son directeur général Ian Wörner.

 

 

Ce budget, qui va financer les nouveaux programmes spatiaux sur une durée de trois à cinq ans, atteint une somme inégalée depuis la fondation de l’organisation intergouvernementale, en 1975.

L’Allemagne a mis la plus grosse enveloppe (3,3 milliards d’euros), devant la France (2,7 milliards), devenant ainsi, sur le long terme, le premier pays contributeur de l’ESA. «Mais sur les trois prochaines années, la France reste en tête», a précisé le ministère de la Recherche. «On a battu tous les records en termes d’engagements financiers», a affirmé M. Le Gall.

Montée en puissance

L’ESA prévoit une montée en puissance dans le domaine des sciences de l’univers, de l’exploration (missions sur Mars sur la Lune) et d’observation de la Terre avec notamment le programme de surveillance du changement climatique, Copernicus, pour qui l’agence spatiale va fournir de nouvelles sentinelles.

 

 

«C’est un témoignage évident de notre ambition commune pour l’Europe», a commenté la ministre française de la Recherche, Frédérique Vidal, qui co-présidait la réunion ministérielle.

Concernant l’accès à l’espace, «nous continuerons à avoir deux lanceurs européens souverains (Ariane et Vega, NDLR)», s’est réjoui la ministre, soulignant la «complémentarité» entre Ariane et le lanceur italien.

La Suisse participe

La Suisse a quant à elle renforcé son engagement dans le domaine spatial, écrit dans un communiqué le Secrétariat d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI). La secrétaire d’Etat Martina Hirayama a participé au Conseil ministériel de l’ESA à Séville, qui s’est tenu les 27 et 28 novembre.

La Suisse contribue à sécuriser l’accès de l’Europe à l’espace (Ariane et Vega), participe à un programme mondial d’observation de l’environnement, joue un rôle de pionnier dans la réduction des débris spatiaux, livre une contribution clé pour la construction d’une petite navette réutilisable et participe à «Artemis», le programme américain qui lancera une mission lunaire habitée.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

ProuesseEspace: la fusée Ariane 5 fête son 250e lancement avec succèsEspace: la fusée Ariane 5 fête son 250e lancement avec succès

Espace: une énergie monstrueuse détectée dans le cosmosEspace: une énergie monstrueuse détectée dans le cosmos

TourismeEspace: Virgin Galactic a présenté ses combinaisons de vol pour touristes spatiauxEspace: Virgin Galactic a présenté ses combinaisons de vol pour touristes spatiaux

Objectif luneEspace: des astronautes américains sur la Lune d'ici à 2024Espace: des astronautes américains sur la Lune d'ici à 2024

TechnologieEspace: la Russie a envoyé son robot humanoïde Fiodor vers la Station spatiale internationaleEspace: la Russie a envoyé son robot humanoïde Fiodor vers la Station spatiale internationale

Top