25.08.2020, 17:50

Un prix littéraire pour Alain Bagnoud

chargement
Alain Bagnoud a d'abord écrit pour le théâtre puis comme romancier.

Gagné! L’auteur d’origine valaisanne a séduit le jury du Prix Edouard Rod qui a choisi de primer son dernier roman «La Vie suprême» inspiré de Farinet.

Avec «La Vie suprême» qui vient juste de sortir de presse aux Editions de l’Aire, Alain Bagnoud se voit décerner le Prix Edouard Rod attribué par la Fondation l’Estrée. Ce roman historique plonge le lecteur dans le passé valaisan du natif d’Ollon aujourd’hui établi à Genève.

L’auteur – enseignant de français à la ville – y revisite en 159 pages le mythe de Farinet, montrant une face moins glorieuse du célèbre faux-monnayeur souvent assimilé à un Robin des Bois. L’action se déroule dans un village de montagne en 1870, un village bouleversé par l’apparition du Valdôtain. «La Vie suprême est autant la reconstitution d’une époque que l’analyse d’un mythe et l’histoire d’une libération», écrit la maison d’édition à propos de son nouveau titre primé.

Fondé en 1996 sous l’impulsion de Jacques Chessex, le prix Edouard Rod récompense chaque année le travail de qualité d’écrivains d’origine suisse. Jacques Roman, Georges Haldas, Alexandre Voisard ou encore Bernadette Richard figurent notamment au palmarès.

La Vie suprême, Alain Bagnoud, 159 pages, éditions de l’Aire

 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

littératureUne jeune Contheysanne récompensée par un prix littéraire à ParisUne jeune Contheysanne récompensée par un prix littéraire à Paris

Magazine CultureLa littérature valaisanne en mode introspectionLa littérature valaisanne en mode introspection

Top