04.04.2019, 15:30

Sion: le photographe Paul Cardi expose son street art

chargement
Ce Sédunois a apporté sa touche personnelle à ses photographies exposées à la galerie de la Treille.

Culture Le photographe de Lumiere.ch a immortalisé et magnifié des créations éphémères qu’il a découvertes sur des murs en Suisse mais aussi lors de ses voyages à l’étranger.

Lorsqu’on se promène dans de petites cités ou des villes connues, les graffitis ou les affiches ne retiennent en principe l’attention que durant quelques secondes. Le Sédunois Paul Cardi a procédé différemment. Il a observé des créations délavées par la météo, des œuvres sur des portes rouillées et des façades décrépies avant d’immortaliser celles qui l’interpellaient.

J’avais envie de donner une certaine vie à de l’éphémère.
Paul Cardi, photographe autodidacte sédunois


Il les a en réalité recadrées et les a mises en scène pour une présentation à la Treille qui sera vernie le 5 avril. «J’avais envie de donner une certaine vie à de l’éphémère», commente-t-il. Il a été plus loin encore en magnifiant cet art de rue. Certaines photographies ont un support de toile, d’autres de plaques d’aluminium. Il a ensuite travaillé le relief avec des interventions différentes. Sur un cliché, il a collé des sprays découpés. Sur un autre, il a ajouté un rouleau de peinture. «J’ai voulu donner l’impression qu’un peintre repeignait le mur.» Il s’est servi aussi d’affiches arrachées pour créer du volume.

Ses vingt grands formats offrent une balade originale à Venise, Grasse, Lyon, Paris, Zurich mais aussi Sion. Il a en effet fait halte à l’ancienne zinguerie. A Paris, il s’est arrêté devant l’habillage de fête d’une maison de luxe. Le thème lui a dicté l’ajout de leds. Une représentation de Serge Gainsbourg et Jane Birkin l’a encore inspiré.

Plus de vingt ans de passion

Paul Cardi est un passionné autodidacte bien connu des Valaisans. Depuis la naissance de sa fille en 1998 et l’achat d’un matériel performant, il a appuyé tous les jours sur le déclencheur. Depuis quelques années, il rencontre un joli succès sur Facebook. Dix mille abonnés le suivent d’ailleurs sur ce réseau social. Sur Lumiere.ch, l’espace des Remparts de la capitale, tout de rose fleuri, a récolté près de 25 000 vues. Il aime aussi compléter le partage sur le monde virtuel en allant à la rencontre de son public.

En 2015, il a donc accroché une quarantaine d’œuvres à la salle des cailloux de la rue des Tonneliers. En 2017, il a misé sur l’originalité en plaçant sur des pilotis onze clichés au cœur de la grotte du lac souterrain de Saint-Léonard. Il avait alors décidé de montrer des paysages valaisans sous la surface de la terre. Prendre de l’altitude lui plaît également. Il utilise d’ailleurs des drones pour certaines prises de vue.

Il expliquera sa nouvelle démarche intitulée «Street’Art» aux visiteurs jusqu’au 14 avril puisqu’il sera présent tous les jours à l’accueil de la galerie de la vieille ville. Les amateurs avertis pourront encore reconnaître sa griffe dans certains lieux du canton. Il a livré par exemple des réalisations pour des offices du tourisme et des établissements comme la Suva et l’EPFL.

 

Infos pratiques


Vernissage le 5 avril dès 17 h 30. Exposition visible jusqu’au 14 avril tous les après-midi de 14 à 18 heures.

 

A lire aussi: La lumière photographique de Paul Cardi éclaire le plan d’eau

En savoir plus: les infos


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top