02.09.2020, 15:30

Monthey: une exposition de sculptures en plein air à découvrir avec le collectif Vièze en furie

chargement
Seize sculptures sont à découvrir en plein air jusqu'à la Toussaint.

Exposition Depuis l’année dernière, le collectif Vièze en furie anime l’été culturel local et régional en organisant des expositions dans des endroits surprise, connus jusqu’au dernier moment de ses membres exclusivement.

Ils ont pour prénoms Enrico, Raphy et Fabienne, et ne souhaitent pas se dévoiler davantage. Leur démarche menée pour la première fois l’an dernier dans les gorges de la Vièze revêt une dimension culturelle.

«L’idée est d’occuper un lieu dans la région sans rien dire à personne et de jouer la carte de la surprise. Ce côté mystérieux va même jusqu’à dissimuler notre identité aux yeux du grand public. C’est le collectif Vièze en furie que nous voulons mettre en avant à travers cette exposition de sculptures visible cette année le long de la voie du chemin de fer du Tonkin, sur un site appartenant à l’entreprise Cimo», explique Enrico, le fondateur du mouvement.

Déjà l’année passée

Le collectif formé d’artistes confirmés et de débutants, une quinzaine de personnes au total de Monthey et de la région, n’en est donc pas à son coup d’essai.

«Le projet d’organiser une exposition clandestine, pour ne pas dire sauvage, remonte à quelque temps déjà. En 2019, nous avons fini par  franchir le pas et avons jeté notre dévolu sur les gorges de la Vièze», souligne Raphy avant d’enchaîner: «Nous l’avons montée en une journée, c’était un dimanche. Le lendemain, on recevait déjà des coups de téléphone. Mais comme on avait bien sécurisé le site, on ne nous a pas trop fait d’histoires! Au bout du compte, cette présentation est restée en place durant quatre mois et le succès populaire a été au rendez-vous.»

Rebelote en 2020

Encouragé par cette réussite initiale, le collectif montheysan a remis le couvert cet été. Résultat des courses, 16 sculptures réalisées par les membres de Vièze en furie ont été installées en plein air, au cœur d’une zone autrefois polluée, mais totalement assainie aujourd’hui.

 

L’idée est d’occuper un lieu dans la région sans rien dire à personne.
Enrico, fondateur de Vièze en furie

 

«Cimo a accepté de nous accueillir jusqu’à la fin octobre dans ce cadre naturel. Certaines œuvres sont en rapport avec le site et son histoire. Elles comportent toutes un titre et un petit texte rédigé par les artistes eux-mêmes», relève Fabienne qui en profite pour lancer un appel. «L’une de nos œuvres a été volée. Si quelqu’un sait quelque chose, ce serait sympa de se manifester directement à l’office du tourisme de Monthey au 024 475 79 63».

La petite équipe n’entend pas en rester là. «Le plaisir est bien présent. Les échos sont très positifs. Aucune raison de ne pas persévérer. On reconduira l’expérience l’année prochaine en un lieu encore à déterminer», annonce Raphy, l’un des membres actifs de Vièze en furie, mouvement dont le nom fait référence à une sculpture intitulée «La Vièze déchaînée», due à l’artiste local Jean Casanova, décédé en 1968. Cette pièce est aujourd’hui visible à la hauteur du Pont-Couvert à l’entrée de la cité chablaisienne.

 

Infos pratiques

A voir jusqu’à la fin octobre. Le site est aisément accessible à tout le monde en traversant la Vièze depuis le parking de la salle de spectacle du Pont-Rouge.  


  
 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top