08.05.2018, 18:17

Maurane, inoubliable en Valais également

chargement
1/2  

 08.05.2018, 18:17 Maurane, inoubliable en Valais également

Musique L’émotion était vive dans toute la francophonie suite à la disparition de la grande chanteuse belge lundi soir. Egalement dans le canton, où elle avait noué des liens.

Tous décrivent une femme généreuse, flamboyante, accessible… Tout ce que Maurane portait d’humanité sur scène, elle l’emmenait avec elle dans la vie, une fois les lumières des concerts éteintes. C’est ce dont témoigne Valérie Martinez, martigneraine d’origine établie au Québec depuis dix-huit ans, qui est passée de fan à amie proche à force de rencontres. «La première fois que je l’ai vue sur scène, c’était à Conthey dans les années 90. J’étais au Cycle d’orientation. Et plus tard, j’ai pu la rencontrer dans les loges pour lui donner une cassette que j’avais enregistrée, étant par ailleurs auteure, compositrice et interprète. C’est comme ça que nous sommes devenues amies», explique-t-elle.

Plus tard, au Québec, Valérie Martinez a travaillé dans l’industrie de la musique, comme coordinatrice de concerts, puis pour une maison de disques. «Je savais que Maurane voulait revenir chanter au Québec. Nous avons organisé une tournée d’une dizaine de dates, et même l’enregistrement d’un album live. Nos liens s’en sont trouvés encore renforcés», raconte-t-elle, prise par l’émotion. «Elle restera dans les mémoires comme une femme de cœur, pour qui le fait de faire plaisir à autrui comptait plus que la réussite. Elle pouvait dépenser tout le cachet d’un concert pour payer à dîner à ses amis.»

Parcours parallèles

Parcours géographique inverse cette fois, Diane Tell, québécoise d’origine et valaisanne d’adoption regrette elle aussi cette disparition prématurée. «C’est beaucoup trop tôt pour partir, 57 ans… Cette nouvelle me laisse un sentiment de vide, d’inachevé. Elle devrait être encore là, à nous ravir de sa voix réellement unique.» Au cours de leurs carrières respectives, les deux chanteuses se sont beaucoup croisées, dans les comédies musicales de Michel Berger et Luc Plamondon déjà: «Starmania» pour Maurane, «La légende de Jimmy» pour Diane Tell.

«Nous avons eu des parcours parallèles, mais nous n’avons pas arrêté de nous rencontrer depuis le début des années 80 jusqu’à sa pause pour des problèmes vocaux il y a deux ans. C’est d’autant plus triste, car elle venait d’annoncer des nouveautés et de revenir sur scène», ajoute la chanteuse, qui salue encore «l’immense talent et l’authenticité» de sa consoeur.

 

 

Le souvenir de ses venues

Les liens entre la chanteuse et le Valais remontent à l’année 1983, tout au début de sa carrière. «Elle se produisait encore sous le nom de Claude Maurane», se souvient Olivier Vocat, co-fondateur des Caves du Manoir, où Maurane était venue chanter deux saisons de suite. «Son décès est un choc. J’ai le souvenir d’une femme tellement pleine de vie! Quand elle venait aux Caves, c’était une grande fête…» Et le directeur général du Sion Festival de souligner «l’immense qualité musicale de l’artiste. J’ai encore l’enregistrement sur bandes de ses concerts. C’est fabuleux.» Bien des années plus tard, quand Maurane est venue chanter à la belle Usine de Fully au milieu des années 2000, celle-ci se souvenait de ces concerts aux Caves du Manoir. «Elle m’a même rappelé que c’est chez moi qu’elle avait pour la première fois de sa vie vu un lecteur CD, en 1983...»

"Une femme en quête d'amour"

Les concerts de la belle Usine, justement, resteront pour beaucoup comme des moments de grâce. Notamment pour Baptiste Udriot, anciennement animateur de Rhône FM et comédien-chanteur lui aussi. «J’étais au premier rang et je chantais les deuxièmes voix… Elle m’a tendu la main et un micro et je me suis retrouvé sur scène avec elle.» Et comme souvent avec Maurane, ce premier contact s’est mué en amitié. «Nous nous sommes revus quelques fois. Elle a même accepté, alors que je débutais en radio, de jouer les cobayes en interview. Interview qui n’a jamais été diffusée, mais que je garde comme un trésor… Ce qui m'a touché, c'est sa bienveillance, sa joie de rencontrer vraiment les gens. Je crois qu'elle était une femme en quête d'amour.»

Quelques anecdotes – il y en aurait beaucoup plus à raconter - qui éclairent la personnalité de Maurane sous un jour généreux. Et qui laissent dans les souvenirs valaisans beaucoup de lumière.


Top