29.11.2018, 15:30

Martigny-Bourg: les deux bouchers font la paire à la Foire au lard

chargement
Les deux bouchers du Bourg, Léo Vouilloz et Jose Riesco, affichent une joyeuse complicité à l’occasion de la Foire au lard, durant laquelle ils travaillent ensemble.

 29.11.2018, 15:30 Martigny-Bourg: les deux bouchers font la paire à la Foire au lard

Manifestation Jose Riesco et Léo Vouilloz ont chacun une boucherie au Bourg. Ils unissent leurs efforts pour animer la Foire au lard, qui se déroule dimanche 2 et lundi 3 décembre.

Deux boucheries de renom dans le Bourg, à quelques encablures l’une de l’autre, il y aurait de quoi susciter des jalousies. Mais la guerre des bouchers à Martigny-Bourg n’aura pas lieu: Léo Vouilloz, des 3 Petits cochons, et Jose Riesco, de la boucherie Riesco et Fils, s’entendent comme larrons en foire… au lard! A quelques jours du lancement de la grande manifestation annuelle du Bourg, les deux amis se sont réunis pour parler de ce rendez-vous pas comme les autres. Pour Léo Vouilloz, qui a suivi son papa depuis son plus jeune âge, ce sera la 45e, et pour Jose Riesco, qui tient son commerce  depuis 1982, ce sera la 37e en tant que patron.
On pourrait penser que pour les bouchers, la Foire au lard représente un travail énorme. Pourtant, les deux disent que la plus grosse période de l’année, c’est durant les fêtes de fin d’année. «La foire a quand même bien changé», raconte le patron des 3 Petits cochons. «Les gens ne font plus autant de réserves qu’avant.» «La Foire au lard, pour nous, c’est surtout la production de produits secs», explique Jose Riesco. «Dans le temps, on amenait les porcs entiers et on les découpait pour le client!»

Ensemble pour la choucroute

Selon les deux bouchers du Bourg, le fait d’établir la foire sur deux jours a remonté une manifestation qui s’essoufflait un peu. Cette configuration change aussi la donne en ce qui concerne l’ambiance. Le dimanche voit affluer surtout les gens de la région, et le lundi fait place aux visiteurs, venus de tous les coins de Suisse romande. Si la convivialité demeure, l’aspect festif est moins marqué qu’avant.
Pour les deux patrons, ce rendez-vous équivaut à une grande vitrine pour leur enseigne. «Pour nous, c’est plus pour la promotion que pour faire un chiffre d’affaires», explique Léo Vouilloz. Mais pas de concurrence entre eux. Bien au contraire: Jose Riesco et Léo Vouilloz montent ensemble l’opération choucroute à la Laiterie, pour la cinquième fois. Un buffet qui cartonne et que les bouchers organisent pour que les gens restent dans le Bourg à l’heure du repas.

“Pour nous, la Foire au lard, c’est plus pour la promotion que pour faire un chiffre d’affaires.”
Léo Vouilloz, boucher

Et qu’en est-il de leur relation avec les boucheries d’ailleurs qui viennent monter leur stand à la Foire au lard? Ils avouent ne pas entretenir de contact avec ces gens qui jouent seuls leur partition.
Les deux boucheries du Bourg parviennent à vivre, chacune avec son ambiance familiale et ses clients, qui viennent de l’endroit, mais aussi des villages environnants. Et les patrons sont amis de longue date. Il est loin le temps où leurs aînés, les anciens bouchers de la place, ne se saluaient pas. Jose Riesco: «Quand Léo sortait de l’école, il restait à ma boucherie jusqu’à midi moins cinq. Je lui disais «Mais va donner un coup de main à ton papa!» et il me répondait: «Je reste ici discuter avec toi.»

En savoir plus: Les renseignements sur la Foire au lard

A lire aussi: La Foire au lard de Martigny-Bourg vue par une bouchère

 


Top