06.01.2020, 17:03

«Ma revue à nous» frôle les 10 000 spectateurs

chargement
Comme à l'époque de Los Dos, les deux Fred réunis sur scène, Mudry dans le rôle d'une Evolénarde hilarante et Recrosio dans son rôle satirique emblématique.

Bilan La revue de Frédéric Recrosio et Fred Mudry a ravi 9874 personnes en fin d’année et permis de dégager 20 000 francs qui seront reversés à des associations de la région.

Jusqu’à la dernière, Frédéric Recrosio, Fred Mudry et toute l’équipe qui a œuvré à cette quatrième «Revue à nous» ont vécu une fin d’année émotionnellement chargée, accrochés aux aléas de la billetterie comme un politicien s’agrippe à sa base électorale. «On s’était dit: en route pour les 10 000. On y est tout tout juste pas au final, avec 9874 spectateurs», soupire Frédéric Recrosio au sortir de l’opération. Et même si on y décèle une pointe de déception, le soupir en question est celui du soulagement.

«Chaque année l’appréhension est plus grande, alors c’est pareil pour le soulagement», explique l’humoriste, qui dit, contrairement à la discipline du one man show, se sentir «comme un débutant à chaque nouvelle édition». Pourtant, à force de battre son propre record de fréquentation, il devrait être serein. Il devrait, mais… «C’est un équilibre délicat. On doit perfectionner le geste entrepris il y a quatre ans et parvenir à surprendre encore. On doit parfois se priver de sketches qu’on sait excellents parce qu’ils ne tombent pas au bon moment… Ça n’est pas forcément simple.»

20 000 francs de dons

De l’appréhension, de la tension, donc, mais au final, le succès populaire s’est encore renforcé. «C’est la grande satisfaction. Les gens peuvent préférer une édition à l’autre, mais on voit qu’ils font confiance et qu’ils viennent.» Et, jolie cerise sur le gâteau, le mordant n’empêche en rien le beau geste. Cette année, «Ma revue à nous» a pu dégager 20 000 francs grâce à l’engagement des bénévoles, aux partenaires et à la soif et à l’appétit du public en marge des représentations. Quatre parts égales iront à SOS Enfants de chez nous, aux Restos du cœur, aux Caisses vertes, à l’action d’animation dans les EMS sédunois lancée par les porteurs de ce projet devenu incontournable en Valais.

«Pour équilibrer les chiffres, il fallait que nous parvenions à 93% de taux de remplissage. On y est arrivé, mais il est vrai que cette revue a coûté plus cher que les précédentes. Notamment parce que nous avons élargi nos collaborations.» Un panachage bienvenu pour la respiration et le rythme de la revue avec les interventions de Fred Mudry en Evolénarde, la participation à l’écriture de l’équipe de la revue satirique «L’Alcazard», de Stéphane Babey et du dessinateur Pitch de «Vigousse» ou de la photographe Aline Fournier dont les clichés illustraient la très touchante chanson «Les oubliés».

Un moment fort parmi d’autres. «Quand Melly était présent presque tous les jours dans la presse, les passages sur lui ont cartonné. Sinon, le sketch sur les Verts, la morosité du fait de faire de la politique en disant la vérité ou celui sur le Marché de Noël ont extrêmement bien marché auprès des gens.»


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

HumourGénéreux, Recrosio n’épargne personneGénéreux, Recrosio n’épargne personne

Top