24.07.2019, 05:30

Les expositions «coup de frais» de l’été

chargement
La superbe exposition de l'artiste suisse établie à Amsterdam Batia Suter, sur le couronnement du barrage de Mauvoisin.

Canicule La fraîcheur vient à manquer? Pas de panique, la rubrique culturelle du "Nouvelliste" vous distille ses bons plans d’expositions pour éviter la surchauffe.

Face à des alertes à la canicule qui se multiplient jusqu’à en devenir anxiogènes, pas facile de garder la tête froide. A la rubrique «culture» du «Nouvelliste», on n’a pas voulu céder à la panique et préféré prendre un peu de hauteur (de vue). D’autant que l’offre culturelle en été gagne aussi les sommets. On a sélectionné pour vous quatre expositions «fraîcheur» qui vous permettront d’éviter la surchauffe.

L’occasion aussi peut-être de découvrir des recoins méconnus du canton et surtout de passer un bon moment. Sans prise de tête mais la conscience éclairée. Car l’art est plus que jamais indissociable de son temps. A l’heure où les débats sur le climat s’enflamment, à Verbier des œuvres haut perchées invitent à poursuivre la réflexion in situ. A Martigny, des photographies de montagne en argentique ont un petit côté rétro et nostalgique d’un univers alpin qui change de visage. Au barrage de Mauvoisin, une collection d’images vernaculaires exposées sur le couronnement s’ingénie à brouiller les perceptions à l’heure des fake news tandis que la vague #MeToo déferle sur Zermatt avec une exposition et une pièce de théâtre rendant hommage à des femmes qui n’ont pas eu froid aux yeux. Une cryothérapie de choix, on l’espère! 

 

Mauvoisin: Batia suter invite à voyager jusqu’à un Mont-voisin poétique

Batia Suter, artiste suisse établie à Amsterdam, a acquis une aura internationale (Photographers’ Gallery de Londres, Centre culturel suisse de Paris, Rencontres photographiques d’Arles) grâce à sa passion compulsive pour les images vernaculaires. Son travail consiste en une recollection d’images d’archives, qu’elle ordonne, met en lien, tisse entre elles pour leur donner une narration nouvelle, une dimension poétique où les photographies se substituent aux mots. Pour cette exposition d’été intitulée «Mont-Voisin» sur le couronnement du Barrage de Mauvoisin et mise sur pied par le curateur Jean-Paul Felley et le Musée de Bagnes, Batia Suter a traité du paysage. «Je questionne notre lien aux photos de paysages. Pourquoi nous touchent-elles autant?» A la beauté minérale des montagnes, l’artiste offre un contrepoint fascinant: images de zones désertiques, de coupes géologiques, de rivages lointains, d’animaux marins et de vestiges sous-marins…

Du 15 juin au 29 septembre. Plus d’infos sur le site du Musée de Bagnes.

 

Images de zones désertiques en couleur ou en noir et blanc, coupes géologiques, rivages lointains, vestiges sous-marins... Batia Suter a choisi une narration en contrepoint à la beauté minérale de la montagne pour habiller Mauvoisin. @studio Bonnardot

 

Martigny: l’argentique, c’est chic!

Pour «Monochrome», le photographe d’origine canadienne Sébastien Albert a exhumé de ses archives cinquante clichés qui sont autant de regards sur le monde alpin chéri par cet amateur de glisse. «C’est une ode à ma collection argentique», explique le Valaisan d’adoption qui, à l’image numérique léchée, préfère l’argentique où le grain de pellicule est visible. L’hiver, une saison qui donne du relief à ses paysages capturés en noir et blanc, des vues prises dans l’Entremont mais aussi à Arolla et dans le massif du Mont-Blanc. La magie de l’instant captée avec beaucoup de sensibilité et d’émotion.

«Monochrome», jusqu’au 1er septembre auMusée des sciences de la terre à Martigny. 

 

 

«Panossière Moods», petit point noir insignifiant face à l’énormité de la moraine du glacier de Corbassière, la cabane de Panossière ne fait pas le poids dans l’immensité du paysage qui l’entoure. ©Sébastien Albert

 

 

«Bruson Wind Storm», la furie de la tempête de Foehn balaie la crête du Six Blanc, non loin du Grand Tsai, tout au haut du domaine skiable de Bruson. ©Sébastien Albert

 

 

«Springtime snow squall», mai 2017. Sans avertir, une bourrasque de neige a couvert le sol en l’espace de quelques minutes sur la route vers le Rifugio Benevolo. Dans ce paysage de mystère, un skieur solitaire s’achemine vers la promesse d’un lendemain d’or blanc. ©Sébastien Albert

 

 

Zermatt: hommage aux pionnières

Six ans après Edward Whymper, sa compatriote Lucy Walker réussissait l’ascension du Cervin (1871). Pourtant son nom reste méconnu. Pour rendre son lustre à l’alpiniste et à toutes les femmes qui ont gravi «la montagne des montagnes», une exposition pop-up gratuite est visible jusqu’au 27 octobre au Gornergrat. «Matterhorn Ladies» retrace, sous tente, l’histoire de quatorze pionnières. On y découvre notamment les exploits de la Genevoise Yvette Vaucher, première femme à s’offrir la face nord en 1965 ou de Géraldine Fasnacht qui réalisa en 2014 le premier vol en wingsuit depuis le sommet de l’emblématique «caillou».

«Matterhorn Ladies», Gornergrat Shelter, Zermatt. Jusqu’au 27 octobre. Tous les jours de 9 heures à 18 heures. Entrée gratuite.

 

La Genevoise Yvette Vaucher, première femme à avoir gravi le Cervin par sa face nord en 1965. ©Ruedi Homberger

 

 

 

Le spectacle «No Ladies, please» imaginé par la réalisatrice bernoise Livia Anne Richard à découvrir à Riffelberg étoffe la thématique en racontant l’histoire de la première femme sur le Cervin, une vraie épopée menée au nez et à la barbe des conventions de l’époque.

Informations sous: www.freilichtspiele-zermatt.ch

 

 

Verbier: l’art qui débat du climat

La Verbier 3-D Foundation a convié cette année l’Allemand Karsten Födinger à s’immerger pendant un mois dans l’hiver bagnard. De cette «expédition» artistique est née la sculpture «Pilier erratique» qui sera officiellement vernie ce week-end au gré de plusieurs événements. Inspirée des blocs erratiques hérités de l’ère glaciaire et nombreux dans la région, l’œuvre imposante emprunte son matériau à son environnement direct, acier et roche. Un projet qui vient enrichir le parc de sculptures des hauts de la station et qui veut participer aux débats actuels sur le climat.

Jusqu’au 14 juin 2020.

 

«Pilier erratique», Karsten Födinger, 2019.

 

 

«Unity Temple», Tarik Hayward, 2014.

 

 

«Perishable Goods», Andrea Hasler, 2014.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

ExpositionDes photos de Claudio Moser à voir sur le couronnement du barrage de MauvoisinDes photos de Claudio Moser à voir sur le couronnement du barrage de Mauvoisin

CultureLa Fondation 3D de Verbier choisit le photographe Olaf Breuning comme artiste résident 2017La Fondation 3D de Verbier choisit le photographe Olaf Breuning comme artiste résident 2017

Vibrations 2019 (4/5)Expositions: les immanquables de 2019 en Suisse et dans le mondeExpositions: les immanquables de 2019 en Suisse et dans le monde

Top